Serge Lifar La beauté du diable / Jean-Pierre Pastori / Editions Favre

Serge Lifar, la beauté du diable, biographie,

par Jean-Pierre Pastori, 207 pages, 15 x 23,5 cm, 113 photos N et B, broché, éd. Favre, Lausanne, Novembre 2009, 17 €.

 

 

 

ISBN : 978-2-8289-1127-0

Serge Lifar a été sans doute l’un des plus grands chorégraphes français de la première moitié du XXème siècle. Or, curieusement, il n’existe que peu d’ouvrages sur cet artiste, mis à part les quelques monographies de Jean Laurent, de Gropius, de Schaïkevitch et, bien sûr, ses autobiographies. Les recherches de Jean-Pierre Pastori l’ont mené à se pencher très profondément sur son passé et, grâce à de nombreux documents inédits, qu’il s’agisse de lettres retrouvées ça et là chez des collectionneurs privés ou des archives peu consultées, telles que celles du Ministère des Affaires Etrangères ou, encore, d’un tapuscrit (document tapé à la machine) inédit, il a pu compléter les éléments dont on disposait jusqu’alors. Mais pas seulement. Lifar, on le sait, était mégalomane et, comme tous ces personnages, il avait tendance à arranger faits et choses à son avantage, les embellir, quitte à en déformer la vérité. Cet ouvrage a d’abord le très grand mérite de rétablir l’exactitude des choses. Il fait également la lumière sur la personnalité réelle de ce grand chorégraphe, sur le rôle exact qu’il a joué dans le domaine de la danse entre les années1930 et 1950, notamment à l’Opéra de Paris lors de la dernière guerre. Fourmillant d’anecdotes passionnantes dûment référencées (ce qui en fait sa richesse), c’est aussi un regard sur la vie artistique de l’époque. Il est complété par une bibliographie sélective mais bien fournie, une filmographie et la liste chronologique de ses œuvres.

J.M.G.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau