Abou Lagraa / Le Cantique des cantiques / L'amour en question

Le cantique 01 dan aucante 1Le cantique 02 dan aucante

 

 

Le Cantique des cantiques / Abou Lagraa

Photos Dan Aucante

 

Abou Lagraa :

L'amour en question

 

Mini livre cantique des cantiquesDes danseurs exceptionnels, une chorégraphie théâtrale et signifiante fort agréable au regard mais, au final, un ballet confus dont on saisit mal l'essence et bien difficile à déchiffrer... Le cantique des cantiques, œuvre d'un moraliste du 3ème siècle avant notre ère qui a servi de base à la création éponyme d'Abou Lagraa, pourrait être, selon Rabbi Akiva, une déclaration symbolique de l'amour entre Dieu et son peuple, Israël. Une idée qui a séduit à la fois le chorégraphe et le metteur en scène, Mikaël Serre, lesquels ont tenté d'en élargir les questionnements "en confrontant le texte à nos problématiques actuelles, face aux intolérances, aux contradictions, à toutes les formes d'hypocrisie de nos sociétés quand il s'agit d'amour".

L'idée en soi était intéressante et fort louable car il s'agissait en fait de décliner l'amour sous toutes ses facettes et toutes ses formes, avec ses dérives, ses paradoxes et ses antagonismes. Si certains tableaux se sont avérés très lisibles tels l'amour sensuel, l'amour fusionnel, l'amour lesbien ou l'amour conflictuel, d'autres en revanche - je pense à ceux dépassant les frontières du couple pour s'élargir et devenir une doctrine adressée non aux individus mais à un peuple dans son entier - du fait de leur interférence avec les premiers, n'étaient pas toujours bien amenés et engendraient une certaine confusion dans l'esprit du spectateur. Un découpage plus précis et des liens plus étroits auraient sans doute bien arrangé les choses... Cela dit, l'expression des sentiments évoqués par le chorégraphe dans ces chants d'amour alternés entre une femme et un homme (ou même entre plusieurs couples) et qui prennent à témoin d'autres personnages en arrière plan ainsi que des éléments de la nature, arbres et roseaux, ont été magistralement dépeints. Il faut dire que cette suite de poèmes, bien que profanes et "incandescents", constitue l'un des livres les plus poétiques de La Bible, de l'Ancien Testament plus exactement. Des fragments de ces chants ont d'ailleurs été déclamés en alternance avec la partition musicale d'Olivier Innocenti.

Le cantique 06 dan aucanteLe cantique 07 dan aucante

 

 

 

 

 

Ils sont huit sur scène, trois danseuses, trois danseurs et deux comédiennes, en parfaite harmonie gestuelle, évoluant dans de splendides paysages évoquant Jérusalem, la Palestine ou Israël. Leur danse, teintée d'érotisme et de violence, est sophistiquée mais expressive et précise, charnelle et sensuelle. Comme à son habitude, Abou Lagraa nous livre son regard sur la condition humaine sans tabou et avec un grand réalisme. Mais là où le bât blesse, c'est qu'il a voulu rendre cet amour universel: une dérive qui l'a entraîné à évoquer, aussi bien par le texte que par la danse, les guerres de religion, les inégalités sociales, le droit des migrants et, par la musique, la destruction de Palmyre par Daesh... Qui trop embrasse mal étreint, dit le proverbe... Dommage car trop, c'est trop !

J.M. Gourreau

Le Cantique des cantiques / Abou Lagraa, Théâtre National de la Danse Chaillot, du 30 novembre au 3 décembre 2016.

 

 

Abou Lagraa / Le Cantique des cantiques / Théâtre de Chaillot / Novembre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau