Andrés Marin & Kader Attou / Yàtrà / Un judicieux mariage entre différentes cultures

Yatra artemovimientodsc00671

 

Yatra 02Yatra 01

 

 

 

Photos Artemovimiento

 

 

Kader Attou et Andrés Marin:

Un judicieux mariage entre différentes cultures

 

Leurs chemins s'étaient déjà croisés lors de la première biennale d'art flamenco présentée à Chaillot en juin 2013: en était née une pièce judicieusement nommée Rencontre, que l'on avait pu voir d’ailleurs il y a un an jour pour jour dans ce même théâtre, dans le cadre des Rendez-vous chorégraphiques de Sceaux. Une expérience aussi riche que fructueuse, à l'origine d'une fidèle amitié entre les deux chorégraphes-danseurs qui ont voulu poursuivre ces joutes, à l'invitation du bailaor. La concrétisation de ce souhait eut lieu l'année dernière à la Philharmonie de Paris avec Yàtrà, une œuvre aussi brillante que chaleureuse pour 3 danseurs et 6 fabuleux musiciens du Rajasthan, alliant trois cultures n’ayant apparemment rien en commun : le flamenco, le hip-hop et la musique du Nord de l’Inde. Rencontre avait déjà démontré que le mariage entre flamenco et hip-hop sur des partitions de Schubert et d’Arvo Pärt n’était pas sacrilège, bien au contraire (cf. critique du 16 avril 2015 dans ces mêmes colonnes). N'y a t'il pas en effet une certaine communauté de gestes entre ces deux arts ? Yàtrà qui, cette fois, allie à la danse occidentale une dimension orientale par la musique de l’ensemble Divana, pourrait désorienter, bousculant les idées reçues. Mais ce coup de pied dans la fourmilière n'est pas dénué de fondement: s'il ouvre la voie à de nouveaux modes d’expression, il révèle aussi la convergence séculaire entre ces différentes cultures.

On sait en effet que les origines du flamenco remontent à la plus haute antiquité. Cet art est étroitement associé aux gitans, les tsiganes espagnols, qui lui en ont donné son style. Ce peuple quitta en effet le nord-ouest de l’Inde vers le 10ème siècle, entreprenant une longue migration qui le conduisit dans différents pays à travers le monde, entre autres en Espagne, précisément dans le célèbre quartier Triana de Séville, berceau du flamenco qu’ils atteignent vers le milieu du 15ème siècle, après un long périple à travers l’Iran, la Turquie et la Grèce. De là sans doute le titre du ballet qui nous est présenté, Yàtrà, signifiant voyage en sanscrit. Ce peuple a d’ailleurs conservé de vastes pans de sa culture d’origine, ne serait-ce que sa langue, le calé. Les études comparatives du Bharata Natyam mais surtout du Kathak avec la danse flamenca révèlent en effet de nombreuses similitudes.

Les premières apparitions de la musique flamenco dans certaines familles tsiganes de Basse-Andalousie datent du 19ème siècle: elles s’avèrent le fruit d’un harmonieux mixage entre des musiques autochtones issues du folklore local et celles de certaines traditions orientales jusqu’alors jalousement conservées. C'est entre 1860 et 1910 que le chant flamenco sort de l'intimité des familles gitanes pour atteindre un public relativement vaste à travers les cafés de cante, ancêtres des actuels tablaos, qui fleurissent même en dehors de l'Andalousie, entre autres à Madrid et à Barcelone. Le flamenco sera théâtralisé au début du 20ème siècle, entamant l’essor spectaculaire qu’on lui connaît aujourd’hui. Mais cet art musico-chorégraphique totalement codifié, d’une force et d’une flamboyance fascinantes, peut encore évoluer en s’imprégnant de cultures plus contemporaines comme Kader Attou et Andrés Marin viennent de nous en apporter la preuve. Une confrontation toutefois un peu linéaire au sein de laquelle le chorégraphe sévillan et les deux prodigieux danseurs de Kader Attou, Mehdi Ouacheck et Florent Gosserez auraient pu se livrer à des joutes plus osées que le seul jeu de question-réponse, tout en se fondant profondément dans l’art et l’esthétique de l’autre.

J.M. Gourreau

Yàtrà / Andrès Marin & Kader Attou, Les Gémeaux, Sceaux, dans le cadre des Rendez-Vous Chorégraphiques de Sceaux.

 

Andrés Marin & Kader Attou / Yàtrà / Sceaux / Mai 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau