Anthony Egéa / Bliss / Une débauche de rythme et d'énergie

Bliss ph thomas bartelBliss 02

.
.
.

Photo Thomas Bartel

.

.

Anthony Egéa :

Une débauche de rythme et d'énergie

 

Anthony Egéa ne dévie pas de la ligne de conduite qu'il s'était forgée lors de la création de sa compagnie, "Rêvolution", en 1991: celle de confronter le hip hop aux danses tribales et autres danses urbaines. Cette fois, il nous convie dans l'univers des boîtes de nuit, antres du "clubbing", dans un monde où la danse sert de prétexte à la drague, où les décibels rendent sourd, où la boisson mène à la débauche, où jalousies et dissensions engendrent parfois quelques bagarres. Bliss* est aussi et surtout une œuvre où les corps se libèrent progressivement et s'abandonnent jusqu'à la transe finale qui emporte avec elle les spectateurs.

Et pourtant, rien au début ne le laissait prévoir. Les dix danseurs tournent lentement dans la pénombre, leurs écouteurs vissés sur les oreilles. Les spectateurs, eux, sont dans le silence. Progressivement la musique qui les anime parvient aux oreilles du public. Une musique électro-acoustique aux accents tantôt disco, tantôt soul, tantôt rock, rythmée, entrainante, un peu agressive happe petit à petit les danseurs au fur et à mesure que la lumière, elle aussi, se fait plus intense. L'atmosphère devient très vite festive, électrisante. Les quelques couples en train de siroter leur verre tendrement enlacés côté cour et côté jardin se lèvent et rejoignent la piste. Dans leur frénésie, les corps s'envolent, glissent sur la piste, s'enroulent autour des poteaux qui la délimitent. Démonstrations de virtuosité éblouissantes à qui mieux-mieux, avec en prime, sur une des tables jouxtant la piste, le solo d'un contorsionniste émule de Valentin le Désossé... Dans la fièvre de la nuit, certains se déchainent, tandis que, parallèlement, des aventures naissent, s'épanouissent et meurent aussi vite qu'elles sont apparues. Alors que la tension monte et que les musiciens s'emballent, la cohésion devient plus forte, plus étroite : ils ne formant alors plus qu'un seul corps, indissociable, qui, pénétré par la musique, entre en transe. Une débauche d'énergie hypnotique qui fait vibrer les spectateurs et qui ne prendra fin qu'avec l'épuisement des participants. Hallucinant.

J.M. Gourreau

Bliss 03

Bliss / Anthony Egéa, CND Pantin, du 14 au 16 janvier 2015. 

* mot anglais qui signifie béatitude, bonheur suprême, jubilation, extase

Anthony Egéa / Bliss / Pantin / Janvier 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau