Béatrice Massin / Songes / Invitation au rêve

 

Béatrice Massin :

Invitation au rêve

 

Photos J.P. Maurin

 

Elle s’en défend, le revendique avec juste raison et le prouve : Béatrice Massin, bien qu’elle restât aujourd’hui une des rares chorégraphes françaises à défendre et enseigner la danse baroque, est aussi une chorégraphe contemporaine, se servant des musiques et du vocabulaire baroques pour élaborer ses propres pièces. Sa dernière œuvre, Songes, est une pièce d’une grande beauté plastique qui, effectivement, amène à la rêverie : de par son rythme d’une part, du fait de la douceur de son univers d’autre part. Tout se passe en effet non sur terre mais dans le ciel ou, plutôt, les ciels, les danseurs évoluant dans un univers immatériel sans frontières, au milieu de nuages flottant dans l’azur. Le dispositif scénique est à ce titre fort intéressant, les images projetées sur le plateau étant démultipliées et renvoyées dans tous les azimuts par un jeu de miroirs mobiles. La symphonie de couleurs qui en résulte, du bleu céleste au violine, est mise en valeur par le contraste du jaune éclatant des longues robes qui habillent les danseurs. La danse quant à elle, légère, ample et généreuse, toute en lenteur, est également propice au rêve. Si la chorégraphe fait souvent appel au vocabulaire baroque, elle utilise aussi le langage contemporain, dans les duos et les solos essentiellement, dessinant dans l’espace des figures toutes en courbes, mettant parfaitement en valeur les interprètes. Mais trop, c’est trop et, au bout d’un certain temps, la monotonie s’installe, impression accentuée par les musiques utilisées, certes très belles mais toutes sur le même registre : Lully, Vivaldi, Charpentier et Purcell. On aurait aimé une plus grande diversité qui n’aurait sans doute pas nui à l’homogénéité de l’œuvre ; or, cette diversité était ébauchée dans la chorégraphie mais non dans la scénographie. Dommage !

J.M. Gourreau

Songes / Béatrice Massin, Théâtre National de Chaillot, Janvier 2010.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau