Ben Duke / Goat / Un pari gagné haut la main

Goat carolyn bolton rambert dancers hugo glendinningGoat rambert dancers front centre daniel davidson hugo glendinningGoat hannah rudd liam francis hugo glendinning

Photos Hugo Glendinning

 

Ben Duke :

Un pari gagné haut la main

 

Ben dukeNina simoneSi la chanteuse, compositrice et pianiste américaine Nina Simone est connue dans le monde du jazz, du blues, de la soul, du folk, du gospel et de la pop music, tant pour ses compositions que pour ses interprétations, elle l’est beaucoup moins en revanche pour son engagement dans le mouvement de défense des droits civiques des noirs. Née en 1933 en Caroline du Nord dans une famille pauvre de huit enfants, Eunice Kathleen Waymon commence le piano dès l’âge de 3 ans. Ses dons lui permettent de parfaire ses études pianistiques à la Juilliard School of music de New York, études qu’elle paiera en jouant dans un bar d’Atlantic City sous le pseudonyme de Nina Simone. C’est également dans ce bar qu’elle s’initie au chant, sous la contrainte du tenancier des lieux, lequel menaçait de la renvoyer en cas de refus ! Dès le début, ses interprétations lui assurent un succès foudroyant. En 1957, elle enregistre I love you, Porgy, extraite de Porgy and Bess de George Gershwin. Succès qui la propulse à New York dans des cabarets de Greenwich Village qui tolèrent une certaine mixité raciale. C’est dans son premier album pour la firme Philips en 1964 qu’elle aborde ouvertement le problème de l’inégalité raciale avec les chansons très engagées Mississipi Goddam et Old Jim crow. Dès lors, et durant le restant de sa vie, elle ne cessera de s’impliquer dans la lutte pour la liberté de la femme afro-américaine et pour l’égalité des droits des noirs.

Goat liam francis hannah rudd nia lynn hugo glendinning 2Goat liam francis hannah rudd nia lynn hugo glendinningGoat sharia johnson hugo glendinning

Photos Hugo Glendinning

C’est après avoir assisté à un concert donné par Nina Simone en 1976 au Festival de Montreux que le chorégraphe britannique Ben Duke eut l’envie, trente ans plus tard, de lui consacrer un spectacle. Elle chantait alors une œuvre de sa composition, Feelings (Sentiments), qui bouleversa cet artiste, à cette date, jeune comédien. Or, l’hommage qu’il lui rend aujourd’hui est la traduction fidèle de son ressenti de l’époque, certes longuement mûri, mais qui est resté intact comme au premier jour. "Je me demandais s’il me serait possible de créer une pièce entre danse et théâtre restituant une telle ambiance, un tel engagement", avouait-il. Pari gagné grâce à un spectacle hybride, au sein duquel la voix de Nina Simone, que fait revivre avec beaucoup de  bonheur, de sensualité et de délicatesse la cantatrice Nia Lynn, est sans conteste l’élément déterminant. Ce, bien évidemment, avec le soutien vibrant d’une musique "live" signée Bob Dylan, Leslie Bricusse / Anthony Newley, Claude François /Jacques Revaux / Paul Anka et John MacDermott, restituée avec une fougue et un enthousiasme peu communs par la pianiste Yshani Perinpanayagam, le percussionniste Robert Millett et le guitariste-basse Andy Hamil ; une musique qui accompagne avec le même bonheur dans ce spectacle aussi bien le théâtre que la danse. Celle-ci, judicieusement insérée dans la partition musicale comme des intermèdes, illustre et se révèle le complément indispensable d’une œuvre d’obédience essentiellement lyrique qui nous fait revivre avec chaleur l’époque de Bob Dylan et de ses compatriotes.

Goat204 xl alastair muirGoat144 x2 alastair muirGoat123 x3 alastair muir

Photos Alastan Muir

Encore peu connu en France, Ben Duke est certes un talentueux chorégraphe, métier qu’il a appris sur le tard, mais c’est aussi et avant tout un homme de théâtre - metteur en scène et comédien surprenant qui fait appel à des artistes extérieurs et des personnalités de tout poil pour mettre en œuvre ses idées et ses propos. C’est ainsi qu’il s’est attaché au Ballet Rambert pour monter Goat, (Le bouc) car, pour lui, cet animal n’est autre qu’un bouc émissaire, "littéralement l’animal auquel vous attachez les péchés de la ville entière avant de le chasser", affirme t’il non sans une bonne dose d’humour… En outre, il s’est bien sûr acoquiné dans cette réalisation avec un amuseur public, pince sans rire facétieux aussi clownesque que maladroit, qui a endossé la veste de présentateur de télé : celui-ci a l’heur de mettre une bonne dose d’ambiance dans un show qui ne réunit pas moins, outre les trois musiciens et la chanteuse précités, seize danseurs et un vidéaste, Dan, dont la tâche est de révéler et mettre en avant sur grand écran la théâtralité des interprètes en les filmant en direct depuis la scène. Il en résulte un spectacle fort original, émaillé de danses certes illustratives mais lourdement chargées de sens, vives et enlevées, lesquelles évoquent l’exclusion, la détresse, les peurs, espoirs et attentes d’un peuple injustement opprimé. Au sein de ces propos fatalistes, se détachera cependant un duo passionnel et engagé particulièrement poignant, lueur d’espoir et de lumière au sein de cet univers qui, à la réflexion, n’est pas aussi joyeux qu’il le laisse paraître… On ne sera toutefois pas étonné que cette pièce ait été nominée aux "Olivier Awards" en 2018. 

J.M. Gourreau

Goat / Ben Duke et le Ballet Rambert, Théâtre des Abbesses, du 16 au 26 avril 2019.

Pièce créée au Festival Theatre à Edimbourg le 26 octobre 2017

 

Ben Duke / Goat / Ballet Rambert / Théâtre des abbesses / Avril 2019

Ajouter un commentaire