Blanca li / Robot ! / Des robots humains

li-blanca-robot-04-creteil-11-10-13.jpgli-blanca-robot-07-creteil-11-10-13.jpg




li-blanca-robot-11-creteil-11-10-13.jpg

li-blanca-robot-18-creteil-11-10-13.jpgli-blanca-robot-15-creteil-11-10-13.jpg



Photos J.M. Gourreau



Blanca Li :

Des robots humains

 

Les robots font aujourd’hui partie intégrante de notre univers et cela, Blanca Li en est depuis longtemps intimement persuadée. On les sait déjà capables de gérer quelques unes de nos tâches quotidiennes, de nous assister dans certains de nos travaux, surtout ceux qui s’avèrent particulièrement minutieux ou difficiles. Mais leur sera t'il possible un jour de s’humaniser et d’exprimer des sentiments ? A en juger par la prestation du robot humanoïde NAO, l’un des acteurs du dernier spectacle de Blanca Li, fort judicieusement appelé Robot! d'ailleurs, on ne serait pas loin de le croire… Car ce petit être mécanisé dépassant à peine les cinquante centimètres de haut semblerait avoir acquis tous les sentiments et manières d’un gamin de deux ans, jouant comme ce dernier le ferait, se réfugiant dans les jupes ou les bras de sa mère tout comme lui ! Spectacle étonnant en effet que celui de cette machine d’aluminium et d’acier capable de se pendre au cou de ses parents adoptifs, de leur faire des petits bisous et de leur tendre les bras pour qu’on le relève lorsqu’il tombe à terre… Ou de cet autre qui dodeline de la tête et bat des mains en cadence devant les exhibitions un peu fofolles de son précepteur ! Et que dire de celui qui obéit au doigt et à l’œil comme un toutou aux injonctions de son maître… C’est en fait une cour des miracles qui nous est donnée à voir, peuplée de petits êtres mignons tout plein, qui marchent, dansent, se cassent la figure pour se relever l’instant d’après en pleurant, mais aussi d’autres machines tout aussi sophistiquées qui font de la musique en direct: l’orchestre du collectif d’artistes japonais Maywa Denki est en effet composé de 12 étonnants musiciens automates à l’esthétique rétro-futuriste, mus et dirigés via des systèmes électromécaniques par des humains. On y trouve même une machine à chanter nommée Seamoon… Si cet univers né d’une imagination débridée s’avère fascinant, il donne toutefois à réfléchir sur nos conditions de vie dans le futur, un monde dans lequel les machines prendront de plus en plus de place, modifiant de ce fait nos comportements ; il pose aussi clairement la question de savoir jusqu’où pourra aller cette mécanisation, laquelle remplace progressivement l’Homme jusqu’à le faire totalement oublier…

Questionnement fort pertinent, par conséquent. Là où toutefois le bât blesse, c’est sur le plan de la danse. Car s’il est difficile d’inculquer une gestuelle chorégraphique à des automates (même si Coppélia est là pour le contredire), Blanca Li aurait pu au moins panacher son spectacle de variations de danse pure pour ses huit danseurs ! Il y en a bien quelques unes, particulièrement brillantes d’ailleurs, mais on reste tout de même sur sa faim… Il n’en reste pas moins que Robot! est une fiction loufoque pleine de fantaisie et d’inventivité qui fait honneur à son auteur, ne prenant en compte que le bon côté des choses…

J.M. Gourreau

Robot ! / Blanca Li, Maison des arts de Créteil, du 11 au 19 octobre 2013.

Blanca li / Robot ! / Créteil / Octobre 2013

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau