Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna /Coûte que coûte / La méthode Coué

Coute que coute 6 brigitte eymannCoute que coute 7 brigitte eymann

 

   Photos

      Brigitte Eymann

 

 

Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna :

La méthode Coué

 

Comment allez-vous ? Bien, merci, et vous ? Oui, ça va... Une réponse toute faite qui n'est généralement pas franche, à vrai dire souvent fausse d'ailleurs. En fait, "tout va bien et tout va mal". Mais comment pourrait-il en être autrement par les temps qui courent ? Eh bien, notre duo de choc, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna, à l'humour aussi acerbe que grinçant, en s'acoquinant avec l'auteure de La migration des canards, Elisabeth Gonçalves, s'est mis en tête avec détermination, de tenter d'abolir la morosité qui nous étreint à longueur d'année en tentant - rien que ça - de nous faire croire que nous sommes heureux... Et ça marche ! Peut-être pas pour tous, il est vrai mais pour bon nombre d'entre nous car, au bout des 50 minutes que dure leur séance d'autosuggestion, voire d'hypnose collective, nous voilà repartis pour un tour, frais comme des gardons et le sourire aux lèvres. Il faut dire qu'aussi bien Brigitte que Roser y mettent le paquet avec force pitreries, grimaces, gestuelle déjantée agrémentée de jeux de mots et quiproquos plus ou moins extravagants, conduisant d'ailleurs à des joutes amicales et prises de bec... Pas triste ! On navigue constamment en eau trouble, entre comique et burlesque, cris et chuchotements, crises de fou-rire et d'hystérie à réveiller un mort.

La mort, elle, est au rendez-vous dès les premières minutes du spectacle. Tout au moins sous forme d'allusion et pour être très vite tournée en dérision: "On n'y pense pas tout le temps mais on le sait, on y va, on va mourir", affirme Brigitte avec aplomb. Et Roser de surenchérir par le geste, en imaginant et mimant les mille et une façons de passer de vie à trépas. A Brigitte de conclure: "C'est important de le dire dès le début. (...) De toutes façons, personne ne l'ignore"... Drôle de façon cependant de commencer une diatribe sur la recherche du bonheur par un tel constat... Mais bien vite, nos deux pince-sans-rire exhortent leur public à reprendre le dessus, comme si tout cela n'était que broutilles, tout en prenant à témoin l'armée de pupitres musicaux (sic) dont la scène est envahie et entre lesquels elles ne cessent de gambader. En attendant, prêchent-elles avec conviction et force gestes, il faut profiter de la vie. Se dire que, présentement, nous sommes tous heureux, oui, tous. Il faut se le répéter, et le répéter encore et encore, Coûte que coûte. Malgré les aléas, aussi invraisemblables soient-ils. Bon, on aura compris. Rentrez dans le rang ou vous êtes mort... Quoiqu'il en soit, ceux et celles qui les ont suivi auront passé un bon moment car c'est léger, plein d'humour et de finesse et,aussi, truffé de poésie !

J.M. Gourreau

Seth coute que coute 3 brigitte eymannSeth coute que coute

 

 

 

 

 

 

Coûte que coûte / Brigitte Seth & Roser Montlló Guberna, Théâtre National de Chaillot, du 17 au 25 décembre 2015.

 

Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna /Coûte que coûte / Théâtre de Chaillot / Décembre 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau