Carlotta Sagna / Cuisses de grenouille / La magie du spectacle

carlotta-sagna-lph1148011.jpg

                                                                                                  Photo L. Philippe

Carlotta Sagna :

 

La magie du spectacle

 

C’est une bien belle histoire que nous raconte Carlotta Sagna au travers de sa dernière création, une histoire qui lève une partie du voile qui nimbait les rêves de toute petite fille qui s’est endormie un soir, après avoir goûté à la magie du premier spectacle que ses parents lui avaient offert… Pour la plupart des enfants, comme pour certains de leurs parents d’ailleurs, les personnages qu’ils admirent sur scène sont des êtres mystérieux, quasi-surnaturels, dans la peau desquels ils voudraient bien pouvoir, une fois au moins, se glisser. Quelle petite fille en effet n’a pas rêvé un jour de devenir ballerine après avoir contemplé son idole sur une scène ?

Cuisses de grenouille – un titre aussi drôle qu’original pour évoquer une jeune ballerine – ne leur donne peut-être pas les moyens de réaliser leur rêve mais les incite à aller plus loin en leur dévoilant les dessous du théâtre, la vie des artisans de la représentation, leurs joies, leurs peines, leurs difficultés. De façon certes un peu poétique et imagée mais propre à éveiller leur curiosité, si ce n’est à réveiller leurs désirs. C’est ainsi qu’ils vont se trouver confrontés à des personnages étranges, peut-être un peu fantasmagoriques, voire carrément irréels mais qui frappent l’imagination, tels un éclairagiste qui a peur du noir ou une ballerine unijambiste (laquelle réalise de véritables prouesses, soit dit en passant...) Ils vont également pouvoir être les témoins de différents accidents plus ou moins drôles qui peuvent survenir au cours de la représentation, comme la perte d’un postiche lors de l’exécution de pirouettes… Ils vont encore parvenir à entrer de plain pied dans cet univers en apprenant quelques « ficelles » et rudiments du jargon des gens de théâtre, différencier le côté cour du côté jardin par exemple, et aussi l’origine de certains termes couramment usités au théâtre : au fait, connaissiez-vous les raisons de la déclamation du mot « Merde » avant l’entrée en scène ? Non ? Eh bien, c’est tout simplement une expression pour souhaiter bonne chance et qui date de l’époque de Louis XIV : en ce temps là en effet, les spectateurs venaient au théâtre en carriole à cheval et, plus ils arrivaient en grand nombre, plus il y avait de crottin devant l’entrée, et donc plus ils étaient nombreux à assister à la représentation…

Bref, si l’un des mérites de Carlotta Sagna est de révéler quelques uns des mystères qui auréolent le spectacle avec seulement quelques bricoles et costumes glanés ça et là, son plus grand mérite est celui d’avoir, ce faisant, bâti une œuvre d’une poésie et d’une fraîcheur indicibles, prolongeant le rêve de tous ces enfants qui ont un jour été émerveillés par la magie de la représentation, les incitant à en devenir ultérieurement eux-mêmes les acteurs.

J.M. Gourreau

 

Cuisses de grenouille / Carlotta Sagna, Théâtre de Brétigny, Janvier 2012.

Carlotta Sagna / Cuisses de grenouille / Théâtre de Brétigny / Janvier 2012

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau