Carolyn Carlson / Now / Ode à la poésie

C carlson now 01 patrick bergerC carlson 03C carlson now 02 patrick berger

Photos Patrick Berger

Carolyn Carlson :

Ode à la poésie

 

Voilà un bien beau cadeau pour l'inauguration de sa résidence à Chaillot: Carolyn Carlson en effet quitte le Centre national Chorégraphique de Roubaix où elle a passé neuf années pour s'installer pour deux ans dans sa nouvelle résidence au Théâtre National de Chaillot. Et, pour la circonstance, elle nous a concocté, avec sept de ses meilleurs interprètes, un nouveau petit bijou, plein de finesse, de fraîcheur et de poésie.

Poésie est sans nul doute le mot qui convient le mieux à cette œuvre, celle-ci se déroulant comme un long fleuve tranquille, portée par la musique aussi poignante que planante de son ancien compagnon René Aubry. Pas de thème à proprement parler mais plutôt une ambiance poético-métaphysique dans laquelle la chorégraphe nous invite à réfléchir sur notre vie à l'heure présente et à notre rôle dans l'immensité de l'univers, qu'il s'agisse de la terre et de tout ce qui la peuple, plantes comme animaux bien sûr, mais aussi du reste du cosmos. Le temps qui passe est là pour nous rappeler que la vie est bien trop courte pour que l'on n'en profite pas pleinement et que l'on ne pourra jamais revenir en arrière, même si c'est notre vœu le plus cher.

C'est entre autres de la pensée du philosophe Gaston Bachelard que Carolyn s'est inspirée, en particulier de La poétique de l'espace dans laquelle il situe son message entre le dedans et le dehors, le dedans, étant la maison, notre seconde mère qui nous protège et dans laquelle nous vivons nos premières expériences et puisons nos premières forces, et le dehors, l'univers dont nous franchissons par l'esprit la frontière pour nous unir avec le cosmos. Nous voulons examiner des images bien simples, les images de l'espace heureux, celui saisi par l'imagination, écrit-il dans cet ouvrage. Or, ce sont de telles images, certes nées de son imaginaire et de ses souvenirs, que la chorégraphe nous livre au travers de cette œuvre,  tout en faisant appel à la vidéo et à la photo comme support "car, précise t'elle, elles plongent les danseurs dans une dimension mystique."

Soulignons que si l'œuvre est interprétée d'une façon magistrale par des danseurs ayant parfaitement assimilé le style de la chorégraphe, elle est aussi baignée par d'extraordinaires lumières signées Patrice Besombes qui l'auréolent et lui confèrent une atmosphère lénifiante du plus bel effet.

J.M. Gourreau

Now / Carolyn Carlson, Théâtre National de Chaillot, du 6 au 16 novembre 2014.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau