Carte blanche à Orin Camus / Patchwork / L'Etoile du Nord

En cours de validation / V. Deletang

 

 

 

 

 

 

             Je ne suis pas une prostituée / M. Allibert                                                                                                                                 Réveillon / C. Hernandez - O. Camus

                                                                                                                         

  Carte blanche à Orin Camus :

 Patchwork

 

 

Une carte blanche, c’est donner à un chorégraphe l’occasion de faire découvrir ceux qu’il aime mais aussi - et surtout - ce qu’il aime. Ses amis, ses relations de travail sont souvent des personnages peu ou pas connus. Et qui, comme tout artiste, ont souvent plein de choses à dire, à partager. Ces soirées leur donnent la possibilité de se faire connaître, de se confronter à un public, d’affronter les feux de la rampe, de se mesurer au trac…

La coutume veut que le maître d’œuvre programme deux, voire trois pièces dans la soirée. Pourquoi, au fond, ne pas en montrer davantage, à la condition qu’elles soient courtes et que, dans leur globalité, elles ne dépassent pas une durée acceptable pour un spectateur qui vient au théâtre pour se changer les idées après une harassante journée de labeur ? Orin Camus l’a tenté et, ma foi, le résultat s’est avéré loin d’être inintéressant : cinq petites pièces d’une heure et quart au total, enchaînées sans entracte… Le secret de sa réussite : l’éclectisme ! Il est vrai qu’en dix ou quinze minutes, on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer… J’irai même jusqu’à dire que les mauvaises idées peuvent presque passer sans que l’on songe un instant à les blâmer. En revanche, on peut trouver le temps trop court, surtout lorsqu’il s’agit d‘une œuvre comme Réveillon de Chloé Hernandez et Orin Camus, pièce de 7 minutes (pas une de plus !) « créée pour des proches, un jour de l’an, et qui a toujours trouvé des lieux pour être représentée ». Et pour cause, car c’est un véritable petit bijou de romantisme qui narre par une danse fort expressive le bonheur de deux amants pris dans le joyeux tourbillon d’une fête : c’est gai, c’est frais, c’est vivant, et cela donne surtout l’envie de partager leur ivresse et leur joie. « Ce qu’il y a d’admirable dans le bonheur des autres, disait Marcel Proust, c’est qu’on y croit »…

L’œuvre la plus longue du programme, un solo de Wendy Cornu qui ouvrait la soirée, relate la progression du processus de création au travers de trois parties, 3 times. Cette artiste peu connue des scènes parisiennes a parachevé ses études chorégraphiques au C.N.D.C. d’Angers et au Centre de développement chorégraphique de Toulouse avant de partager la démarche artistique de danseurs comme Emmanuel Gat, Georges Appaix ou Erika Zueneli. C’est une impression de calme et de sérénité qui se dégage de ses amples variations faites de mouvements larges et continus, apanage d’une sérieuse réflexion et d’un grand recueillement.

Changement d’ambiance et de ton avec En cours de validation/peut-être de Vincent Deletang, une création marquée par l’urgence et la nécessité de laisser émerger les histoires qui le racontent afin qu’il puisse retrouver son calme et sa tranquillité. Lui aussi est un ancien danseur du C.N.D.C. d’Angers mais il a essentiellement été formé au Conservatoire National de Région de Paris. Bien que rapide et électrisante, sa danse sait également être reposante, empreinte de calme et de fluidité lorsque le besoin s’en fait ressentir.

Autre atmosphère avec Histoire grave et plaisanteries de Takashi Ueno, un danseur japonais élève du maître es arts martiaux, Takamatsu Sensei. Cet artiste aime à raconter des histoires par l’art de Terpsichore, le théâtre et le mime. Malgré son masque, ce personnage s’est révélé d’une expressivité extrême, tout comme des acteurs de nô qui auraient appris à danser !

Que dire enfin de la prestation de Michaël Allibert, délibérément grotesque et provocante pour que l’on croie un instant à sa sincérité ?

J.M. Gourreau

 

                                                                     

 

 

 

Photos J.M. Gourreau

 

 

 

                       3 times / W. Cornu                                                                                                                                               En cours de validation / V. Deletang

 

3 times / Wendy Cornu, En cours de validation/peut-être / Vincent Deletang, Histoire grave et plaisanteries / Takashi Ueno, Je ne suis pas une prostituée, j’espère le devenir / Michaël Allibert et Réveillon / Chloé Hernandez et Orin Camus, L’Etoile du Nord, Mai 2011, dans le cadre du festival Jet Lag 2.

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau