Casse-Noisette / Ballet de l'Opéra National de Kiev / Ballet de l'Opéra National de Russie

Casse noisette ballet de kiev 02Casse noisette ballet de kiev 05Casse noisette ballet de kiev 06

Le Casse-noisette de Valery Kovtun par le Ballet Nationnal de l'Opéra de Kiev

Casse-noisette :

Dans le respect de la plus pure tradition du passé

 

Casse noisette alexandre dumas histoire casse noisette gallica bnf 188x300Cette année, plus que jamais, Paris respecte les coutumes : Casse-noisette est en effet Le ballet de Noël, celui qui doit être présenté traditionnellement à l’occasion des fêtes de fin d’année. Or, ce n’est pas un seul Casse-noisette que les balletomanes voient fleurir en cette période dans notre capitale mais deux, qui plus est tous les deux dans le respect le plus fidèle à l’histoire puisque les versions qui nous sont données à voir nous viennent toutes deux d'Ukraine ou de Russie, scrupuleux gardiens s’il en est un des chefs d’œuvre chorégraphiques du passé. Ce ballet-féérie de Tchaïkovski a en effet été créé le 18 décembre 1892 au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg dans une chorégraphie de Lev Ivanov sur le livret du français Marius Petipa* : il est devenu depuis lors le symbole tant musical que chorégraphique de Noël.

Ballet fétiche des enfants mais aussi de leurs parents, Casse-noisette est, sans nul doute, avec le Lac des Cygnes, La Belle au bois dormant, La Sylphide et Giselle, l’un des ballets les plus célèbres du 19è siècle. A l’origine, un conte d’Hoffmann, l’Histoire d’un casse-noisette, encore connu sous le nom de Casse-noisette ou le roi des souris, revu par Alexandre Dumas. L’histoire se déroule à la veille de Noël. La petite Clara (ou Masha selon les versions) et son frère Fritz se préparent à recevoir leurs invités pour le réveillon. Leur oncle, un mystérieux personnage du nom de Drosselmeyer, apporte à Clara un casse-noisette revêtant l’apparence d’un soldat en uniforme rouge et blanc**. Fritz, jaloux, le casse mais son parrain le répare. La soirée s’achève tout de même dans le bonheur et la joie, et tout ce petit monde va se coucher. Durant la nuit, Clara se lève pour aller voir comment se porte son casse-noisette : il est tout juste minuit. C’est alors qu’un sortilège se produit : le casse-noisette prend vie et, avec lui, son armée qui se met en devoir de combattre les souris qui ont subrepticement envahi le salon. Le combat sera épique et Clara y prend part avec fougue. Tant et si bien que Casse-noisette finira par embrocher le roi des souris avec son épée avant de se transformer en prince, lequel l’emmènera au palais enchanté de Confiturembourg, le royaume des Délices : au sein de celui-ci se déroulera toute une pléiade de danses ethniques plus chatoyantes les unes que les autres, qu’elles soient espagnole, arabe, chinoise ou russe. Mais tout ceci n’était qu’un rêve merveilleux et Clara se réveillera au petit matin, son casse-noisette dans les bras, au pied du sapin de Noël.

Casse noisette ballet de kiev 01Casse noisette ballet de kiev 5

 

 

Le Casse-noisette de Valery Kovtun par le Ballet Nationnal de l'Opéra de Kiev

 

 

Une foultitude de chorégraphes se sont inspirés de ce conte dans leur œuvre et l’ont à leur tour transformé en ballet : parmi les plus célèbres, citons pour mémoire Vassili Vainonen en 1934 pour le Kirov puis, vingt ans plus tard, Balanchine pour le New York City Ballet, Noureev pour le Ballet de l’Opéra de Paris (1985) et, dernièrement, Dmitri Tcherniakov (2016) pour ce même théâtre avec les chorégraphies d’Edouard Lock, Arthur Pita et Sidi Larbi Cherkaoui. Sans oublier les versions de John Neumeier en 1971, de Maurice Béjart en 1998, de Jean-Christophe Maillot en 1999, de Kiril Simonov en 2001 pour le Mariinsky et, plus récemment, de Simon Virsaladze pour ce même théâtre. Il existe également de nombreuses adaptations de Casse-noisette pour le cinéma, entre autres celles de Walt Disney dans Fantasia, ainsi que celle toute récente de Lasse Halström et de Joé Johnston, Casse-noisette et les quatre royaumes, un film fantastique américain sorti en France le 28 novembre dernier et actuellement à l’affiche dans toute la France.

Le Casse-noisette du Ballet de l’Opéra National de Kiev

Deux versions chorégraphiques se disputent actuellement les scènes parisiennes, celle du Ballet de l’Opéra National de Kiev et celle du Ballet National de l’Opéra de Russie. C’est la première fois que le Ballet de l’Opéra de Kiev revient dans notre capitale depuis février 1992, date à laquelle il avait d’ailleurs présenté, entre autres, sa version de Casse-noisette au Palais des Congrès. Celle que donne cette troupe aujourd’hui est la version de Valery Kovtun, basée sur celle de Vaïonen (Bolshoï, 1934), elle-même reconstitution de celle d’Ivanov et de Petipa. Le premier acte s’avère un peu fastidieux car composé essentiellement de pantomime. Il était autrefois d’ailleurs exclusivement dansé par des enfants. Cet inconvénient est ici pallié par la splendeur des décors et la richesse des costumes que l’on ne se lasse pas d’admirer. Une véritable féérie ! Sur le plan chorégraphique, c’est le second acte qui présente le plus grand intérêt du fait de la variation de la fée Dragée qui comporte 16 fouettés***, ce qui constituait une véritable performance à l’époque et relevait de l’acrobatie. A la création du ballet en 1892, c’est la célèbre ballerine italienne Antonietta dell’Era qui interprétait ce rôle : le public prenait alors d’assaut chacune des représentations où elle se produisait. Aujourd’hui, et notamment dans la version présentée par le ballet de l’Opéra National de Kiev, le célèbre pas de deux de la fée Dragée et du prince Coqueluche au sein duquel se trouve cette variation qui, d’ailleurs, comporte toujours 16 fouettés, est interprété par Clara et le Prince, et il faut souligner que ces fouettés furent exécutés avec beaucoup de brio dans l’interprétation qui m’a été donné de voir, celle de Yuliia Moskalenko. Autre morceau d’anthologie, la célèbre valse des flocons de neige du premier acte, Une foultitude de détails chorégraphiques tout droit sortis de l’imaginaire de Valery Kovtun - ex-partenaire de Maia Plissetskaia - émaillent en outre cette œuvre magistralement interprétée par une troupe au mieux de sa forme et la rendent particulièrement attrayante, hissant cette compagnie au rang des plus performantes de Russie.

Casse noisette rostov 01Casse noisette rostov 03Casse noisette rostov 02

Le Casse-Noisette d'Alexeï Fadeyechev par le Ballet de l'Opéra National de Russie

Le Casse-noisette du Ballet de l’Opéra National de Russie

La version russe de l’Opéra National de Rostov-sur-le-Don qui nous est présentée au Palais des Congrès est également une relecture chorégraphique de l’œuvre de Marius Petipa, mais dans la chorégraphie d’Alexeï Fadeyechev. Cet artiste, qui a été lui aussi l’un des partenaires de Maia Plissetskaïa mais également de Galina Oulanova, de Natalia Bessmertnova et d’Ekaterina Maximova est, depuis 1977, professeur et répétiteur du Ballet du Bolchoï au sein duquel il a interprété la quasi-totalité des rôles masculins des grands ballets romantiques du répertoire. Sa version du Casse-Noisette est peut-être plus fidèle à l’esprit de l’œuvre originale, plus féérique aussi, et il est bien difficile de se livrer au petit jeu des comparaisons. Quoiqu’il en soit, l’un des atouts majeurs de cette  représentation fut la présence dans la fosse du Palais des Congrès d’un orchestre au complet et non d’une simple bande enregistrée comme ce fut le cas pour le Casse-Noisette du Ballet de l’Opéra National de Kiev, ce qui eut l’heur d’apporter une dimension supplémentaire au ballet. Le rendu, l’impression de vécu en particulier furent de ce fait grandement démultipliés. A ce titre, il faut souligner la perfection de l’interprétation de la partition de Tchaikovski par l’orchestre de l’Opéra de Rostov-sur-le-Don sous la direction enlevée de son chef, Mikhail Papuzin. Si la qualité technique et artistique des interprètes des rôles principaux était comparable dans les deux troupes, les danseurs du corps de ballet de l’Opéra National de Russie m’ont paru techniquement plus performants, dans les ensembles notamment. Il est fort regrettable qu’à l’exception du nom des solistes qui interprétaient les rôles de Clara et du Prince, aucun autre nom d’interprète ne figurât dans le programme. La prestation de certains d’entre eux, notamment des poupées russes, espagnoles et françaises, véritables graines d’étoile, aurait mérité de ne pas rester dans l’anonymat. Cela étant, tant la chorégraphie que la scénographie, l’interprétation que les décors et costumes, rendent cette œuvre particulièrement attrayante et tout à fait propice au rêve en cette période de fin d’année.

J.M. Gourreau

*A l’origine, ce ballet était une commande à Marius Petipa, maître de ballet impérial de Saint Pétersbourg. Mais, en 1892, il doit faire face au décès de sa fille adorée, Eugina. Sa santé en est ébranlée et le chorégraphe, alors âgé de 73 ans,se voit contraint de passer la main au chorégraphe adjoint du Mariinsky, Lev Ivanov. Celui-ci a passé 30 ans dans l’ombre de Petipa et reprend son livret ainsi que la direction générale de l’œuvre.Bas du formulaire

**Pour la petite histoire, la tenue rouge et blanche de ce soldat serait issue de celle d’une marionnette du folklore allemand du début du 20è siècle qui représentait un percepteur d’impôts du Moyen-âge, tristement célèbre pour son avidité, ce qui avait donné l’idée aux villageois de doter leur poupée d’une très grande bouche, celle-ci faisant office de casse-noisette. Cette marotte, souvent offerte en cadeau, était en outre censée protéger la maison dans laquelle elle avait été accueillie.

***Aujourd’hui, cette performance de fouettés enchaînés en tournant est largement dépassée puisque l’on peut en admirer le double, exécutés par l’interprète d’Odette-Odile dans le grand pas de l’acte III du Lac des cygnes, exploit que l’on doit à l’origine à la ballerine italienne Pierina Legnani en 1893, laquelle non seulement enchaîna sans faillir ses 32 fouettés mais en réexécuta 28 lors d’un bis réclamé par son public…

Casse-noisette / Valery Kovtun, Ballet de l’Opéra national de Kiev, Théâtre des Champs-Elysées, du 23 décembre 2018 au 6 janvier2019.

 

 

 

Casse-Noisette / Ballet de l'Opéra National de Kiev / Ballet de l'Opéra National de Russie / Décembre 2018

Ajouter un commentaire