Christian et François Ben Aïm / Arise / La Sainte Chapelle investie par Terpsichore

Ben aim arise patrickberger 3Ben aim arise patrickberger 4Ben aim arise patrickberger 2

Photos Patrick Berger

 

Christian et François Ben Aïm :

La Sainte Chapelle investie par Terpsichore

 

Ben aim 01Ben aim 02Investir la Sainte Chapelle de Paris pour y créer un spectacle chorégraphique, voilà qui est aussi insolite que séduisant! C’est pourtant le pari - osé, inutile de le préciser - pris par Christian et François Ben Aïm dans le cadre de la manifestation "Monuments en mouvement" afin de diffuser et d’universaliser l’art chorégraphique tout en l’appariant à d’autres arts comme celui de l’architecture. Pas aisé à mettre en œuvre non plus car, que peut-on réaliser qui ne soit pas sacrilège dans un cadre aussi prestigieux, au passé nimbé d’histoire et chargé d’une incommensurable émotion ? Une question que nos deux compères se sont bien sûr posée avant de se jeter à corps perdu dans la danse ! Avec beaucoup de bonheur dois-je dire car ils sont parvenus non seulement à concilier l’harmonie des lieux avec l’art de Terpsichore, portée par une musique planante et épurée du compositeur britannique Piers Faccini, qu’il interprétait d’ailleurs lui-même, mais aussi à entrer en résonance étroite avec le cadre qu’ils s’étaient proposés de faire revivre.

P1440050P1440064P1440122 copie

Photos J.M. Gourreau

Le sujet de leur approche confinait à certaines de nos préoccupations quotidiennes, la solitude et l’altérité, ce dans un contexte oscillant entre deux dimensions, le profane et le sacré. Une véritable performance à tous les sens du terme, le parcours de ses trois interprètes se révélant tour à tour une transe hypnotisante et mystique, parfois à l’image de celle des derviches, entrecoupée de passages méditatifs pleins de ferveur ou, à l’inverse, une danse sautillante, joyeuse et pleine de vie, galvanisée par l’émotion sourde et contenue qui émanait des spectateurs assis en cercle autour de la nef centrale de la chapelle, le chœur étant dévolu au musicien. Disposition judicieuse qui permettait aux spectateurs assis sur une seule rangée comme les évêques dans les stalles latérales du chœur d’une cathédrale  - image d’ailleurs confortée par le fait qu’il leur avait été distribué à chacun d’eux une rutilante couverture pour les protéger du froid qui régnait au sein des lieux lors de la représentation - de pouvoir assister, tous aussi bien les uns que les autres à la soirée dans des conditions optimales.  Dans ce spectacle, Christian et François s’étaient alliés à un danseur beaucoup plus jeune qu’eux mais issu de leur giron, Louis Gillard, véritable faune habité par la musique dont les notes égrenées par le musicien ruisselaient sur son corps avant d’y pénétrer et de s’y fondre. Une soirée réellement magique, d’autant que le soleil dardait ses derniers rayons au travers de la magnificence de la rosace, projetant des patchs multicolores sur le sol et les murs de la chapelle, mais aussi un spectacle malheureusement réservé à quelques dizaines d’élus, la jauge se révélant extrêmement réduite, on s’en sera bien évidemment douté !

P1440105P1440095P1440125 copie

Photos J.M. Gourreau

Quoiqu’il en soit, il en restera dans nos mémoires un spectacle digne de légende, au croisement de deux univers artistiques auxquels l’on a rarement l’occasion de goûter et au cours duquel les artistes sont entrés pleinement en résonance avec ces lieux.

J.M. Gourreau

Arise / Christian et François Ben Aïm, Sainte-Chapelle, Paris, du 4 au 6 avril 2019, dans le cadre de la manifestation "Monuments en mouvement # 5" et de la 7ème édition du festival "Séquence Danse Paris".

Prochaines représentations : Théâtre de Châtillon (92, hrs les murs), 7 juin 2019 ; Sainte-Chapelle du château de Vincennes, 15 juin 2019, (dans le cadre du festival "June events", Atelier de Paris CDN) ; La Commanderie, Elancourt, 13-14 septembre2019 ; La Collégiale Saint-Martin, Angers, 28 avril 2020.

 

Christian et François Ben Aïm / Arise / La Sainte Chapelle / Avril 2019

Ajouter un commentaire