Créer un site internet

Christian et François Ben Aïm / Facéties / Facétieux en diable

 

Christian et François Ben Aïm :

 

P1070841 1Ben Aïm Facéties 01Ben Aïm / Facéties 03

 

Photos J.M. Gourreau

 

Facétieux en diable…

P1070814F. Ben AïmQuelle bande de joyeux drilles ! On ne les avait encore jamais vus aussi délurés. Après plus de 20 années de bons et loyaux services, nos deux frangins auraient-ils décidé de s’émanciper de leur austérité ? Galipettes, culbutes, clowneries parsemées de gags plus désopilants les uns que les autres, tout y passe. En même temps que les paillettes, les six interprètes de FACETIES (le titre est, certes, parfaitement justifié) sèment la joie et la bonne humeur sur leurs parcours. Et quelle débauche d’énergie ! Ça décoiffe et ça fait chaud au cœur… Ont-ils un autre but que celui de nous distraire ? En fait, Facéties est une œuvre d’une grande virtuosité mais aussi pleine de poésie et d’humour qui dévoile une écriture chorégraphique sur le dessaisissement : dissociation, mouvement autonome, travail rythmique et musicalité comiques, élaborée petit à petit à partir de singularités pour, finalement, constituer une petite communauté de l’absurde. La pièce offre une arche dramaturgique durant laquelle les protagonistes s’émancipent sans renier leur cocasserie et leurs mouvements inattendus. Elle égrène un florilège de fragments insolites autant que burlesques qui, insérés au cœur de pièces plus « sérieuses », ne pouvaient qu’incomplètement révéler l’humour dont ils étaient empreints.

 

Ben Aïm /Facéties 04Ben Aïm / Facéties 05Ben Aïm / Facéties 04

 

 

 

Il ne semble cependant pas qu’ils aient été arrangés dans un ordre logique prédéfini, à la va comme je te pousse, comme dirait Marivaux, le hasard faisant bien les choses… En fait, l’écriture chorégraphique se fluidifie au fil du déroulement de la pièce, au profit d’un affranchissement des normes et d’un plaisir de communion par le mouvement qui se double de l’ouverture progressive de l’espace comme des couches de protection que l’on retirerait les unes après les autres, passant du noir au blanc pour vivre au grand jour. Et c’est tant mieux car, côté spectateurs, on se laisse aller au bonheur qui nous envahit au fur et à mesure que le distillent de fabuleux danseurs. Ne pensez pas, toutefois, que ce ne soit qu’un remède à la morosité qui nous étouffe aujourd’hui et qu’il n’y ait aucune recherche esthétique ni, même, philosophique ou sociale dans ce petit jeu qui n’est pas sans évoquer le carcan sociétal, les codes et les habitus. Bien au contraire, dans cet univers ludique et fantasque qui n’est pas sans références à Buster Keaton, Charlot ou Laurel et Hardy, voire même la danse macabre, toute gestuelle, tout déplacement est logique, structuré et parfaitement maîtrisé, de façon à ce que l’impression ultime donnée par le spectacle soit celle d’un bonheur permanent, et que la vie vaille vraiment la peine d’être vécue !

J.M. Gourreau

Facéties / Christian et François Ben Aïm, Théâtre de Châtillon, 25 septembre 2021, dans le cadre du festival CorrespondanSe et de « Bien fait », en partenariat avec Micadanses / Festival « Faits d’hiver ». Spectacle créé en janvier 2021 sans public sur la scène Nationale de Mâcon, en plein confinement.

 

Christian et François Ben Aïm / Facéties / Théâtre de Châtillon / Septembre 2021

Ajouter un commentaire