Christine Bastin : Mariam Café de la danse Paris Avril 2008

Christine Bastin :

 

Eloge de la féminité

 

 

Même si l’Homme a souvent tenu une part importante dans son œuvre, c’est généralement l’univers féminin qui transparaît dans les pièces de Christine Bastin. Peut-être ne s’est-elle pas encore totalement affranchie de cette image, fruit d’une éducation sévère et rigoureuse, selon laquelle le monde dans lequel nous évoluons est un monde davantage masculin, au point qu’elle éprouve encore et toujours l’impérieux besoin d’affirmer sa féminité ? Quoiqu’il en soit,  sa dernière création, Mariam, est une nouvelle ode à la condition féminine, criante et sans équivoque. Sous de multiples formes d’ailleurs. En scène, deux femmes en devenir, l’enfant et celle qui cherche à s’inventer en dehors des modèles proposés. Et, aussi, trois maîtresses femmes aux tempéraments diamétralement opposés, la mère qui ne vit que par et pour son enfant, la séductrice fière de sa beauté et qui, crinière au vent, met en avant ses charmes, et la femme voilée contrainte par la religion à vivre pudique et cachée. Toutes trois cependant, à l’écoute l’une de l’autre, vont faire chacune un petit pas allant plus loin dans leur quête de la liberté, brisant petit à petit leurs propres tabous, se libérant des affres de la société. C’est en allant puiser non seulement dans les tréfonds de leur être mais aussi dans leur corps de femme qu’elles vont finir par trouver l’ivresse de la liberté, que vont s’affirmer en elles le besoin impérieux de vivre leurs différences. Passion, violence sourde et contenue sont en perpétuelle opposition à une tendresse débordante, à une sensualité débridée. De leur connivence émanent une très grande humanité, une touchante générosité. Et de leur indéfectible force naît la beauté, soutenue, il est vrai, par les remarquables lumières d’Emmanuelle Stäuble et la très belle création musicale de Scanner. Et, comme on pouvait s’y attendre, c’est de l’enfant que viendra la délivrance, celui-ci avec une innocence toute naturelle, remettant les adultes dans le droit chemin, les sortant chacun de leur carcan pour les conduire vers la lumière.

 

J-M. Gourreau

                                                                       Mariam -  Photos J.M. Gourreau

 

Mariam / C. Bastin, Th. Paul Eluard de Choisy-le-Roi et Th. L. Aragon, Orly. 

 

Prochaine représentation : Paris Café de la danse, 12 Avril 2008

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau