Danièle Desnoyers / Paradoxe Mélodie / Un univers de contrastes

Paradoxe melodie luc senecal 10Paradoxe melodieParadoxe melodie luc senecal 8

Photos Luc Sénécal

 

 

Danièle Desnoyers :

Un univers de contrastes

 

Les accents doux et suaves de la harpe peuvent-ils faire bon ménage avec la musique électro-acoustique lorsqu’ils sont parallèlement incarnés sur scène par des danseurs ? Voilà une question paradoxale dont la réponse, a priori, ne coule pas de source mais qui, toutefois, reflète bien l’hétérogénéité de notre univers. L’œuvre, qui ne repose sur aucun argument, oscille en effet constamment entre rigueur contenue et exubérance débridée sans que l’on en saisisse toujours très bien la raison. Encore que, pour la chorégraphe, le prétexte à cette composition soit d'expliquer la manière selon laquelle la danse permet de se projeter dans la vie, et comment elle trouve écho dans un corps dansant.

Créée en juin 2014 au Festival Canada Danse de Montréal, cette pièce, tantôt d'une délicatesse extrême du fait de l'univers fort sensible et temporisateur engendré par la harpe, tantôt d'une violence sourde difficilement contenue, est totalement portée par la composition musicale de Nicolas Bernier, manipulée en direct par le sonorisateur et complétée par une partition électroacoustique préenregistrée. C’est en effet la musique qui mène la danse, laquelle débute par la course effrénée autour de la scène de dix danseurs, cinq hommes et cinq femmes, qui vont réagir aux pulsions musicales, offrant une danse tantôt calme lorsque les sonorités célestes proviennent de la harpe d’Eveline Grégoire-Rousseau, tantôt impulsive, fougueuse, voire hystérique lors des accents impétueux de Nicolas Bernier. Un chaos empreint d’humour virant parfois vers la folie, contrebalancé par quelques solos légers, oniriques, d’une grande rigueur, seuls instants où les corps peuvent entrer en résonance, invitant à l’élévation de l’âme. Paradoxe Mélodie n’est en fait que l’écho des innombrables tensions qui troublent notre époque et perturbent notre univers.

J.M. Gourreau

Paradoxe melodie luc senecal 9

Paradoxe Mélodie / Danièle Desnoyers, Théâtre National de Chaillot, du 28 au 30 mai 2015.

Danièle Desnoyers / Paradoxe Mélodie / Théâtre de Chaillot / Mai 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau