Dominique Brun / Sacre # 197 / Le sacrifice de l'élue

brun-d-sacre-197-cnd-pantin-09-mars-2013.jpgbrun-d-sacre-197-cnd-pantin-13-mars-2013.jpgbrun-d-sacre-197-cnd-pantin-23-mars-2013.jpg

Photos J.M. Gourreau

 

 Dominique Brun :

Le sacrifice de l’Élue

  

Chorégraphes et danseurs ne l’ont pas oublié : Le Sacre du printemps de Stravinsky dans la chorégraphie de Nijinski, fête en effet cette année le centième anniversaire de sa création ! Pas moins de trois hommages lui auront été rendus en moins d’un mois, rien qu’à Paris*! Si cette œuvre est restée célèbre tant dans les annales de la musique que de la danse en raison de son modernisme, il ne nous est resté de la chorégraphie originelle que des documents d'archives et quelques témoignages oraux, nécessairement partiels ou déformés. Dans les années 80, le chorégraphe Robert Joffrey, directeur du Joffrey Ballet, entreprend avec l'aide des chercheurs et historiens Millicent Hodson et Kenneth Archer, une reconstitution possible du Sacre du Printemps à partir des rares archives éparpillées dans les différents musées et collections privées de par le monde, chacun apportant sa pierre à un édifice encore bien fragile. Chorégraphe passionnée par l’histoire de la danse, Dominique Brun ne pouvait que saisir la balle au bond et écumer à son tour les archives à sa disposition, notamment celles de Londres et de Paris. Et son regard s’est posé sur 14 des dessins de Valentine Gross-Hugo, plus particulièrement ceux relatifs à la danse finale qui évoque le sacrifice de l’Élue, rares témoignages d’une œuvre dont la musique fascina plus de 200 chorégraphes classiques ou contemporains, depuis sa création. C’est en 2008 que Dominique entame ses recherches, à la demande du réalisateur Jan Kounen pour son film Chanel et Stravinski (2010). Mais, une fois la partie chorégraphique de ce film réalisée, il n’était pas question de s’arrêter en si bon chemin ; aussi cette artiste qui fut, rappelons-le, co-fondatrice du quatuor de danse Albrecht Knust, spécialisé dans la recréation d’œuvres du répertoire historique, poursuivit son travail en chorégraphiant en 2011, une pièce à destination des étudiants danseurs du CNDC d’Angers, S_F (pour Sacre_fac-similé). Vint ensuite ce Sacre # 197 pour lequel elle réunit six danseurs avec lesquels elle a déjà travaillé à diverses reprises, leur proposant de s’immiscer chacun dans un ou plusieurs des dessins de Valentine Gross et de les habiter, elle-même les guidant et gardant bien sûr un œil sur leur analyse et leur interprétation.

C’est donc en tant que chorégraphe et non en tant qu'historienne qu’elle nous livre aujourd’hui non seulement une reconstitution de certains fragments de l’œuvre originelle, mais aussi la résultante chorégraphique d’un questionnement sur le sacrifice de l’Élue, à partir du Sacre mais aussi d’autres pièces de Stravinsky comme Les Noces, le mariage étant lui aussi considéré comme une abnégation. Chacun des interprètes, qu’il s’agisse de Cyril Accorsi, de François Chaignaud, d’Emmanuelle Huyn, de Latifa Laâbissi, de Sylvain Prunenec ou de Julie Salgues, interprète en solo, ou bien en  duo le thème du sacrifice. Certains d’entre eux nous en offrent une vision dantesque, tel François Chaignaud qui nous livre une étonnante diagonale de piqués sur pointes, laquelle nous fait souffrir rien qu’à les voir… Pour d’autres, c’est la peur qui prédomine ; pour d’autres encore, la résignation et l’abandon.  Tous ces soli, réunis de façon harmonieuse et dans le plus pur respect de l’atmosphère originelle de l’œuvre de Nijinski par la bonne fée Dominique, sont, il faut le souligner, magistralement servis par la partition musicale « disjonctive » de Juan Pablo Carreno pour la prodigieuse Marine Beelen, mezzo-soprano et danseuse tout à la fois, et auréolés de très belles lumières signées Sylvie Garrot.

J.M. Gourreau

Sacre # 197 / Dominique Brun, Centre National de la danse, Pantin, 20 et 22 mars 2013.

valentine-gross-hugo-le-sacre-02.jpg brun-d-sacre-197-cnd-pantin-21-mars-2013.jpgbrun-d-sacre-197-cnd-pantin-15-mars-2013.jpg

 Le Sacre / Valentine Gross-Hugo

 

 

 

*Voir sur ce même blog les analyses des spectacles de Marion Muzac au Théâtre National de Chaillot et de l’hommage rendu à Stravinsky et Nijinski par les élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Dominique Brun / Sacre # 197 / CND Pantin / Mars 2013

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau