Dominique Rebaud, Thierry Thieû Niang & Tatiana Julien / Festival Danses ouvertes / Fontenay-aux-Roses

Julien tatiana douve premiere figure 03 fontenay aux roses 30 10 16Julien tatiana douve premiere figure 16 fontenay aux roses 30 10 16Julien tatiana douve premiere figure 09 fontenay aux roses 30 10 16

Douve, première figure / Tatiana Julien - Photos J.M. Gourreau

 

Dominique Rebaud, Thierry Thieû Niang & Tatiana Julien:

Dans un esprit de partage, de 7 à 77 ans

 

Sous toutes les formes, pour tous les goûts: cette formule à elle seule pourrait résumer l'esprit dans lequel s'est déroulé le festival "Danses Ouvertes" de Fontenay-aux-Roses, concocté par la compagnie Camargo, sous l'égide de Dominique Rebaud et d'Arnaud Sauer. Un festival dont la particularité est de réunir en alternance au cours de la journée des danseurs amateurs et professionnels de tous âges, certains d'entre eux ayant même dépassé - et de loin - les 77 ans... Ce dans un réel esprit de solidarité et de partage. Car c'est en cela que réside l'originalité de ce festival, les plus jeunes ayant pu côtoyer à leur guise et à tous moments les plus grands. Le programme en effet faisait alterner - sur des placettes dédiées du Gymnase du Parc de Fontenay-aux-Roses - un puzzle de courtes pièces de divers chorégraphes qui dialoguent et se répondent: des pièces tant classiques que modernes ou traditionnelles qui se nourrissent les unes des autres: interprétées par des amateurs de tous âges et de tous niveaux, elles cohabitaient dans un espace global avec des œuvres plus longues et plus élaborées, réalisées par des chorégraphes dont la renommée n'est plus à faire, tel Thierry Thieû Niang: à cette occasion, cet artiste a redonné sa vision aussi singulière qu'étonnante du Sacre du printemps de Stravinski.

Le sacre 02Le sacre

 

Du Printemps / Thierry Nieû Niang

Photos A. Sauer

 

 

L'originalité de cette œuvre, créée au Festival d'Avignon en 2011, réside dans le fait qu'elle a été conçue, également dans esprit de partage, pour des amateurs, 25 séniors très exactement. Son auteur y voit en effet un questionnement social : en donnant l’occasion à cette classe plus vraiment toute jeune de monter sur scène et de se mettre en avant dans un contexte artistique, c’est lui redonner une place dans la société, place à laquelle nombre de ces amateurs aspiraient secrètement sans pouvoir toujours parvenir à l’occuper. La meilleure preuve en est que, cinq ans plus tard, la quasi-totalité des danseurs présents à la création avaient répondu à l’appel… Comme je l’ai écrit dans ces mêmes colonnes à l’occasion de la création de sa pièce Les gens de chez moi en mars 2014, le but recherché par Thierry Niang n'est ni plus ni moins que celui de redéfinir et d’améliorer, au sein d'une même cohorte, les relations entre des gens de différentes générations et de différentes cultures, afin de tisser de nouveaux liens entre eux. Ce tout en créant une œuvre artistique qui puisse, de par son impact, resserrer les liens préétablis. C’est en effet dans cet esprit de fraternité qu’a été conçu Du printemps !, cette longue marche circulaire sur le thème de l’écoulement du temps et du cycle de la vie, avec ses changements permanents de rythme au gré des possibilités de chacun des participants. Une lutte constante avec soi-même, en cherchant à dépasser ses possibilités pour aller toujours plus loin, en s’aidant - lorsque la nécessité s’en fait sentir - de l’autre, des autres.

Autre point fort de cette soirée, la prestation de Tatiana Julien, Douve, première figure, un solo contemporain de 2012 inspiré du recueil Du mouvement et de l'immobilité de Douve d'Yves Bonnefoy. Une danse poignante, torturée, sauvage, ancestrale, dans laquelle la chorégraphe-interprète questionne la place de la danse face à la mort, lui livrant un combat dont sa vie sera l’enjeu.

Voilà donc une troisième édition fort enrichissante de ce qui pourrait devenir un nouveau festival questionnant la place de la danse dans notre société, et motivé par le désir – la nécessité même – de donner à tout un chacun l’envie de danser. Un festival parfaitement original où le spectateur est invité à déambuler comme le visiteur d'un musée dans un espace scénographié au sein duquel artistes et public sont invités à se rencontrer.

J.M. Gourreau

Du printemps ! / Thierry Thieû Niang & Douve, première figure / Tatiana Julien. Festival Danses Ouvertes de Fontenay-aux-Roses, 29 & 30 Octobre 2016.

 

 

Dominique Rebaud Thierry Thieû Niang & Tatiana Julien / Festival Danses ouvertes / Fontenay-aux-Roses / Octobre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau