En chair et en son # 3 / Festival de butô d'Issy-les-Moulineaux / Un festival qui gagne ses lettres de noblesse

Kinsora sierra the colour 19 festival en chair et en son issy les moulineaux 26 10 17Kinsora sierra the colour 15 festival en chair et en son issy les moulineaux 26 10 17 1Sierra

 

The colour / Sierra Kinsora

               Ph. J.M. Gourreau                                                                    Ph. F. Pairault                                                                      Ph. J.M. Gourreau

En chair et en son # 3:

Un festival qui gagne ses lettres de noblesse

 

Trente six danseurs et musiciens de onze pays réunis pendant trois jours dans un festival alliant butô et musique acousmatique, voilà une gageure, un défi pour le moins original. C'est en effet en ce mois d'octobre que le festival international En chair et en son fête sa troisième année d'existence, à Issy-les-Moulineaux, sous la houlette du compositeur électro-acousticien Michel Titin-Schnaider. "Les plus belles histoires ont souvent pour origine un rêve", nous dit Elizabeth Damour, psychothérapeute par l'art et la danse, elle-même danseuse de butô. "Tout est parti il y a trois ans de la rencontre entre ce musicien, créateur en 2007 des Aventures électro-acoustiques (association dont le but est de promouvoir la musique électro-acoustique, encore connue sous le vocable de musique "concrète", ou "acousmatique") et de Veronica Navia, sa compagne, tous deux fervents passionnés de danse butô et de musique concrète. "Et si l'on créait un festival où la chair du danseur butô sublimerait le son de la musique acousmatique" suggérèrent-ils à Vincent Laubeuf, directeur de la compagnie musicale Motus et du Festival Futura. L'idée devait prendre corps quelque temps plus tard grâce au soutien de Carine Le Malet, responsable de la programmation au Cube, centre de création numérique géré et animé par l'association ART3000. Celle-ci releva le défi et mit à la disposition des artistes "cette forêt habitée de haut-parleurs qui constitue l'acousmonium", « orchestre » d'enceintes de référence, lesquelles mettent en avant la spatialisation du son.

Masaki 10Iwana masaki viviane 07 festival en chair et en son issy les moulineaux 27 10 17Iwana masaki viviane 06 festival en chair et en son issy les moulineaux 27 10 17

Viviane / Masaki Iwana

                    Ph. F. Pairault                                                                    Ph. J.M. Gourreau                                                                      Ph. J.M. Gourreau

Temps forts du festival

Difficile en quelques lignes d'évoquer les 18 prestations des artistes réunis pour la circonstance, certaines d'entre elles étant malheureusement peu ou prou éloignées du butô. Cet art étant par essence d'obédience japonaise, il était à prévoir que les prestations les plus poignantes seraient nippones, ce qui fut bien évidemment le cas. Toutefois, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, certaines performances d'artistes occidentaux, telle celle de Sierra Kinsora, The colour, m'a évoqué, par sa douceur, son intériorité et son extrême expressivité, le souvenir de Kazuo Ohno dans La Argentina. Un intense moment de poésie dramatique qu'elle parvint à sublimer avec beaucoup de naturel. Sa tranquille assurance, son  fatalisme et l'émotion qu'elle éprouvait à l'écoute de la partition du musicien-vidéaste allemand Ʌrtvr sourdait par tous les pores de sa peau, parvenant à faire ressentir - voire même vivre - la profondeur de cette musique inspirée par l'œuvre de H.P. Lovecraft : celle-ci, intitulée The colour out of space (La couleur du ciel), évoquait en effet les désastres engendrés par la chute, en 1880, d'une météorite sur la ferme de Nahum Gardner, détruisant toute forme de vie, semant la désolation, la démence et la mort sur son passage. Son interprète s'était dématérialisée pour gagner cette lande maudite et errer dans ce bien triste univers. Pas étonnant lorsque l'on saura que cette danseuse d'origine américaine, après avoir étudié la danse classique pendant 13 ans, s'est tournée vers le butô avec pour maîtres Masaki Iwana et sa compagne, Moneo Wakamatsu... Ces deux derniers artistes se sont d'ailleurs aussi produits au cours de ce 3ème festival, le premier dans un poignant solo, Viviane, sur une musique de Sandrine Robelin, la seconde dans une splendide Allégorie japonaise, sur la partition fort évocatrice de Michel Titin-Schnaider. Si l'on connait assez bien la puissance de l'art de Masaki Iwana, on appréhende moins celle de son épouse qui a conçu pour cette manifestation un petit bijou de délicatesse et de poésie chargé d'une très grande émotion, invitant son public à parcourir et visiter différentes époques ou états du Japon, Nature, Tradition, Modernité, Américanisation et Fukushima. Il fallait en outre noter la parfaite adéquation entre la musique et la danse, ce qui n'a malheureusement pas toujours été le cas au cours de ce festival.

P1220975Wakamatsu moenoWakamatsu moeno 2

Allégorie Japonaise / Moeno Wakamatsu - Ph. J.M. Gourreau

Autre chorégraphe et danseur dont la prestation fût remarquable et remarquée, La forêt du crépuscule de Dominique Starck, lui aussi en osmose parfaite avec la musique de Blas Payri. Cet artiste alsacien a conçu une pièce aussi onirique que poétique, profonde et ténébreuse, que n'aurait pas reniée un Heinrich Heine, se métamorphosant en arbre torturé par les rafales de vent et de pluie sous l'orage crépusculaire. Dominique Starck possède d’ailleurs plusieurs cordes à son arc : formé entre autres au butô par Carlotta Ikeda, Yoshito Ohno (le fils de Kazuo), Katsura Kan et Masaki Iwana, c'est aussi un peintre diplômé de l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg qui organise chaque année une manifestation culturelle alliant arts visuels, musiques et danses contemporaines (entre autres des festivals de danse butô), tant à Strasbourg qu’en milieu rural avec le soutien de cette Ville, du Conseil Régional d’Alsace et du Conseil Général du Bas-Rhin. Les derniers en date : Silent wisdom arts visuels, danse butô et spiritualité et Butoh off à Strasbourg. Enfin, bien que légèrement en marge du butô traditionnel mais non de son esprit, j’aurais également à cœur de mentionner la prestation sombre et ténébreuse d'Anna Ventura Natsuki dans Here lies one whose name was writ in water, laquelle avec ses corbeaux empaillés mais plus vrais que nature, m’évoquait le thriller d'Hitchcock, Les oiseaux, narrant les attaques inexpliquées de volatiles de toutes espèces sur les habitants de la petite ville de Bodega Bay en Californie, dans un climat d’intense terreur.

Voilà donc une manifestation particulièrement originale de par l’osmose impérieuse, incontournable et singulière entre musiciens et danseurs, laquelle tient parfaitement sa place dans le paysage chorégraphique actuel, occupant en outre un créneau resté jusque là vacant.

J.M. Gourreau

Marl ne 2

Grandjean sarah les pensees de jeanne 02 festival en chair et en son issy les moulineaux 28 10 17Natsuki anna ventura here lies one whoses name was writ in water 14 festival en chair et en son issy les moulineaux 27 10 17

         Here lies one whoses name was writ in water /                           

  Les pensées de Jeanne / S. Grandjean                                Anna Ventura Natsuki                            Dans le silence, on ne sait pas / Marlène Jöbstl

                   Ph. J.M. Gourreau                                                      Ph. J.M. Gourreau                                                         Ph. F. Pairault

Programme du festival :

26.10.17 : ● Souffle / Yves Comeliau, musique CandleSangue 

                 ● Dance / Marek Jason Isleib, musique Alexandre Bellenger ;

                 ● The colour / Sierra Kinsora, musique Ʌrtvr ;

                 ● In the shadow of times / Juju Alishina, musique Alexandre del Torchio.

27.10.17 : ● Stonewashed / Maxime Pierre, musique Christophe Lambert ;

                 ● Anthropocène / Alyona Ageeva, musique Céline Perier ;

                 ● Viviane / Masaki Iwana, musique Cendrine Robelin ;

                 ● Expressivitesse /Tamara Pitzer, musique David Fenech ;

                 ● Here lies one whose name was writ in water / Anna Ventura Natsuki, musique Giosuè Grassia ;

                 ● Eviction / Ephia Gburek, musique Céline Pierre ;

                 ● Allégorie japonaise / Moeno Wakamatsu, musique Michel Titin-Schnaider.

28.10.17 : ● (dé)placements / Elizabeth Damour, musique Yves Zysman ;

                 ● Les pensées de Jeanne / Sarah Grandjean, musique Iris Lancery & Bruno Capelle ;

                 ● La forêt du crépuscule /  Dominique Starck, musique Blas Payri ;

                 ● Marguerite au cachot / Brigitta Horváth, musique Edgar Nicouleau ;

                 ● Le silence de la montagne / Maité Soler, musique Nicolas Marty ;

                 ● Le crépuscule des cités abandonnées / Sylvia Hanff, musique Pierre Boeswillwald ;

                 ● Dans le silence on ne sait pas / Marlène Jöbstl, musique Vincent Laubeuf.

    Le Cube, Issy-les-Moulineaux, du 26 au 28 octobre 2017, dans le cadre du festival En chair et en son # 3.  

Elizabeth 5 2 Dominique 3Yves comeliau 2

      Photos F. Pairault

    La forêt du crépuscule / D. Starck                                              Souffle / Yves Comeliau                                 Dé-placement(s) / Elizabeth Damour

Marek

Dance / Marek Jason Isleib - Ph. F. Pairault

 

En chair et en son # 3 / butô / Issy-les-Moulineaux / Octobre 2017/ Sierra Kinsora / Masaki Iwana / Moeno Wakamatsu / Dominique

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau