Erika Zueneli / Tournois / Conflits larvés

  

 Erika Zueneli :

Conflits larvés

                                                                                                         Photos J.M. Gourreau

 

Tout est dans le non-dit. Erika Zueneli suggère souvent plus qu’elle ne montre. Sa dernière création, Tournois, troisième volet d’une recherche sur la dialectique du conflit, les met en scène, les évoque mais laisse l’imagination du spectateur terminer la proposition. Sur la scène, des tables blanches. De part et d’autre, des chaises qui leur répondent. La lumière jaillit sur un couple d’hommes qui jouent à une table mais dont le jeu va bientôt se transformer en joute : jeu de mains, jeu de vilain, dit le proverbe. Les « jeux » vont ainsi se succéder, se juxtaposer, s’interpénétrer tout au long de ce spectacle. Des jeux d’un éclectisme extrême, allant du simple jeu d’échec jusqu’à des joutes verbales que l’on nommera plus simplement « scènes de ménage », en passant par des leçons de dressage et d’obéissance humaines… L’intérêt de l’œuvre ne réside pas tant dans le fait de mettre en scène ces  « tournois » mais de montrer comment ils naissent. Et à quoi ils aboutissent. L’on en vient bien sûr aux relations entre les hommes, aux rapports entre les uns et les autres, à la place de l’Homme dans la société. Et, aussi, au regard de l’autre, à son jugement. A la vie sous toutes ses formes, à notre vie, faite de luttes pour vaincre, mais aussi pour survivre. Struggle for life. Des situations cocasses, voire absurdes peuvent surgir, d’autres beaucoup moins drôles qui sont toujours le reflet de nos pensées intimes, de nos comportements. Et si la chorégraphe bascule parfois de la réalité à la fiction, peut-être est-ce pour nous inviter à réfléchir sur nos excès ? Une œuvre intéressante donc qui a le mérite de nous obliger à nous remettre en cause. Peut-être aurait-il été judicieux d’aller plus loin dans la mise en scène, un peu trop linéaire à mon goût. Toutefois, certains passages, tels celui de la pluie diluvienne et de l’orage, totalement inattendus, rompent fort judicieusement la monotonie sous-jacente, l’empêchant de s’installer.

 

J.M. Gourreau

 

Tournois / Erika Zueneli, Théâtre Paul Eluard, Bezons,  1er et 2 Avril 2010.

 

Prochaine représentation : Montreuil, Théâtre Marcellin Berthelot, 8 Avril 2010.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau