Eun-Me Ahn / Dancing Teen Teen / Dansons sous la pluie

Eun me anh dancing teen teen 2Eun me anh dancing teen teen 02

 

 

 

Dancing teen-teen

 

 

Eun-Me Ahn :

Dansons sous la pluie

 

On la connait peu en occident, bien qu'elle se soit produite à deux reprises à Paris, dans le cadre du Festival Paris Quartier d'Eté, en 2013 et 2014. Mais, en Corée, Eun -Me Ahn est une star. Une star avant-gardiste et extravagante certes mais une star tout de même. N'oublions pas que nous lui devons la mise en scène de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football en 2002. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le Festival d'Automne l'a invitée en grande pompe, lui offrant les scènes aussi prestigieuses que celles du Théâtre de la Ville, de la Maison des arts de Créteil ou de la Maison de la danse de Lyon. Or, comme toute star, elle est capable du meilleur comme du pire. Provoquer un profond ennui chez le spectateur comme la joie la plus communicative. Le pire, ce fut le 23 septembre dernier au Théâtre de la Ville où elle présenta le premier volet de sa trilogie, Dancing Teen-Teen, une invitation à la découverte par le truchement de la danse des adolescents de Séoul livrés à eux-mêmes, dans leur vie quotidienne. Mais que ce soit à la sortie des classes, dans la rue ou en "boîte", tous exprimèrent leur joie par la même gestuelle dénuée de toute inventivité, le même regard apprêté, le même sourire de circonstance, béat et totalement figé. Trop, c'est trop car les mêmes saynètes se répétèrent sur scène ou sur l'écran durant une heure et demie... Aussi n'ai-je pas eu le courage d'aller voir le second volet de cette trilogie, Dancing Grandmothers, donné trois jours plus tard dans cette même salle,  pièce qui évoquait cette fois la joie que pouvait éprouver les grand-mères d'aujourd'hui à danser sur les tubes de leurs jeunes années.

Sans doute ai-je eu tort car le troisième volet de cette épopée, Dancing middle-aged men, s'avérait une œuvre exubérante, facétieuse et pleine de joie, de plus d'une grande originalité. Là encore la chorégraphe s'est attachée à bâtir une étude sociologique mais, cette fois, sur des hommes de différents milieux, travaillant souvent plus de 16 heures par jour dans un pays de mousson où il tombe plus d'1 mètre de pluie par an... C'est sans doute aussi pour cela que la pluie tombera quasi sans discontinuer durant tout le spectacle sur la scène, la transformant bien évidemment en piscine !

Même structure pour les trois volets de cette trilogie, deux pièces dansées séparées par un film mettant en scène différents personnages dans leur milieu et dans les situations les plus diverses, bien souvent loufoques, qu'il s'agisse d'intellectuels roulant des mécaniques, alors tournés en ridicule, ou d'ouvriers et gens du peuple, amenés à minauder pour se montrer sous leur meilleur jour. On ne peut alors qu'en rire ou s'en gausser car leur gestuelle, caricaturale, quasi-identique d'un personnage à l'autre, mélange de sautillements sur place et de trémoussements, s'avérait des plus cocasses, voire carrément abracadabrante...

 Eun me anh dancing mid age man 02 youngmo choeEun me anh middle aged men 01Eun me anh dancing mid age men

Dancing middle-aged men

 

Rien de tout cela dans Dancing middle-aged men, les parties dansées étant quant à elles plus sobres et plus naturelles, exprimant souvent la joie qui anime réellement les êtres que les danseurs incarnent. Dans la première scène apparaît un personnage drolatique évoluant tout seul au centre de cercles mobiles de couleurs vives et changeantes, tranchant sur la blancheur du sol. Son parcours clownesque de feu follet amuse, bien que le spectateur n'en comprenne pas nécessairement le sens. Mais la saynète suivante qui fait intervenir plusieurs danseurs, chacun avec une bouteille à la main dont le contenu est siroté avant d'être recraché en vapeur sur son voisin, déclenche une franche hilarité. Laquelle se transformera d'ailleurs en rire jaune lorsque les danseurs envahiront les gradins, leur dive bouteille à la main bien évidemment.... Mais, fort heureusement pour les spectateurs, la mousson, dans la salle, sera reportée à une date ultérieure... Ils l'auront échappé belle car, durant le même temps, des trombes d'eau descendaient des cintres sur la scène, la transformant en piscine ! L'on put alors découvrir  tantôt des prouesses saltatoires parfaitement réglées au sein d'un élément liquide, tantôt des danses de salon ponctuées par les accents primesautiers des improvisations d'un saxophoniste hors pair, Seung Gu An. L'œuvre se termina en apothéose par un rock endiablé, toujours sur la scène-piscine, à l'issue duquel la chorégraphe en personne exhorta les spectateurs à se joindre aux danseurs dans l'arène, non sans leur avoir suggéré d'enlever leurs chaussures et de revêtir une cotte imperméable transparente pour éviter de ressortir de la salle trempés ! Eh bien croyez-moi, il ne fallut pas bien longtemps pour que le plateau soit envahi...

J.M. Gourreau

Dancing Teen Teen / Eun-Me Ahn, Théâtre de la Ville, du 23 au 25 septembre 2015.

Dancing Middle-Aged Men / Eun-Me Ahn, Maison des arts de Créteil, du 1er au 3 octobre 2015.

Eun-Me Ahn / Dancing Teen Teen / Théâtre de la Ville / Maison des arts de Créteil / Octobre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau