Faizal Zeghoudi / No land demain ? / L’exode syrien

P1380123 copieP1380149P1380091 copie 1

Photos J.M. Gourreau

Faizal Zeghoudi :

L’exode syrien

 

Tout est parti d’un poignant reportage réalisé par Omar Ouahmane sur les migrants syriens, diffusé au cours de l’émission Interception sur France Inter : ce dimanche-là, Faizal Zeghoudi était à l’écoute. Le chorégraphe franco-algérien referma le poste de radio, bouleversé, les larmes aux yeux. Ce que venait d’évoquer le reporter, ce qu’il avait entendu, ce qu’il avait vécu au contact de ces gens allait au-delà de toute imagination : comment ces hommes, ces femmes et leurs enfants pouvaient-ils avoir le courage de fuir, en abandonnant en toute hâte leur terre natale - sous les bombardements, il est vrai - en délaissant tous leurs biens, leur famille, leurs amis, leurs souvenirs ? Où trouvaient-ils la force d’âme et l’énergie pour affronter mille dangers et risquer leur vie pour accéder à une hypothétique terre promise, un eldorado inconnu présumé salvateur ? Que de vexations, de peurs, de sévices, d’agressions et de traitements inhumains avaient-ils dû subir pour en arriver à un tel point de non-retour… Quel courage leur avait-il fallu pour fuir leur quotidien, se lancer dans une aventure à l’issue plus qu’incertaine, tenaillés par la faim, la soif, la peur et seulement animés par le stress, l’instinct de survie, l’espoir…

C’est tout cela qui détermina Faizal Zeghoudi à vouloir partager ses interrogations, à se lancer sur les pas du journaliste de la radio pour évoquer à son tour cet exode, ce drame… Et notamment l’incommensurable détresse de ce peuple en fuite, les horreurs et vicissitudes qu’il a pu ressentir, vivre et subir sans jamais pouvoir revendiquer son statut d’humain. Ce, dans le seul but de reconquérir sa dignité et, surtout, sa liberté. No land demain ? est malheureusement un drame auquel nous sommes confrontés quotidiennement à l’heure actuelle et qui ne peut nous laisser dans l’indifférence.

Nolanddemain ph serge la fourcade 1Nolanddemain ph serge la fourcadeNolanddemain 2018 ph laurent girardeau                           Photo Serge La Fourcade                                               Photo Laurent Girardeau                                            Photo Serge La Fourcade

L’on sait l’immense charisme qui étreint l’âme de ce chorégraphe. Lorsqu’un sentiment lui serre le cœur et qu’il tient à le faire partager, tous les moyens, tous les artifices à sa portée lui sont utiles pour en décupler la force. Or, dans cette création bicéphale avec le scénographe Rémi Bénichou, il eut l’idée d’immerger le spectateur avant son entrée dans la salle dans un étonnant dispositif scénique, installation plastique enveloppant le public d’images vidéo pour lui conférer, au travers d’un montage syncopé destiné à le mettre dans un état de transe, un choc commotionnel qui le place ex abrupto dans l’ambiance. La représentation qui lui fait aussitôt suite plonge d’entrée de jeu l’assistance dans une atmosphère de guerre et de chaos des plus poignantes : la bande-son de Lucas Barbier, composée de sons enregistrés en direct sur le terrain - bruits d’explosions, tirs de Kalachnikov, chutes de corps et de pierres sous l’emprise des obus - ne laisse aucune place à l’équivoque.

Dès lors, tout devient parfaitement lisible. La chorégraphie se veut calquée sur une musique souvent oppressante, ce qui rend ces deux atouts indissociables et renforce leurs effets. La peur se lit sur les visages des corps stressés qui tremblent, se terrent, sursautent au moindre bruit insolite, rampent et se dissimulent dans les décombres. Tout se passe dans l’urgence. Les gestes sont incohérents, saccadés, instinctifs, dénués semble t’il de toute motivation. Petit à petit, au fur et à mesure des rencontres pourtant totalement fortuites, une sorte de cohésion naît de ces êtres désorientés. Le groupe qui se forme rassemble et coordonne ses énergies, galvanise ses forces malgré l’angoisse qui l’envahit chaque minute un peu plus. Tous s’embarquent alors sur un esquif de fortune sur une mer plus souvent impétueuse que calme, surmontent tant bien que mal leurs peurs et leurs frayeurs alors que la tempête se déchaine, unissent leurs forces pour éviter le naufrage. Un passage volontairement long et répétitif mais poignant au sein duquel Faizal analyse et dissèque la souffrance engendrée par l’effort. Enfin, Lampedusa se profile à l’horizon. L’espoir renaît sur les visages, mais les difficultés de l’accueil surviennent très vite, les émigrants, à bout de forces, étant sans ménagement refoulés par les habitants de l’île.

Voilà un vibrant hommage au courage des migrants, orchestré de main de maître et servi par des interprètes acquis à la cause de leurs auteurs.

J.M. Gourreau

No land demain ? / Faizal Zeghoudi, Bois-Colombes, 12 octobre 2018.

 

DATES TOURNEES 2018/2019 de NO LAND DEMAIN ? 

 Le 19/10/ 2018 à 20h30 Le Cuvier de Feydeau Artigues-près-Bordeaux (33),

 Le 14/12/2018 à 14h et 20h30 Théâtre Edwige Feuillère Vesoul (70),

 Le 11/01/2019 à 20h30 Casino Lucien Barrière Bordeaux (33),

 Le 08/02/2019 à 20h30 Centre Culturel Terrasson (24),

 Le 11/04/2019 à 14h et 19h30 Festival danse au fil d'avril Théâtre de Privas (07).

 

 

Faizal Zeghoudi / No land demain ? / Bois-Colombes / Octobre 2018

Ajouter un commentaire