Fragile(s) / J.F. Bizieau, Les Lilas, Avril 2008.

Photo J.M. Gourreau

 

Jean-François Bizieau :

 

Surréaliste

 

Lorsqu’un chorégraphe, un plasticien, un vidéaste et un musicien s’acoquinent, cela peut donner un mélange détonnant. Je n’en veux pour exemple que Fragile(s), Paysages transversaux, la dernière œuvre de Jean-François Bizieau, chorégraphe et fondateur de la compagnie « Le Sixièmétage » mais aussi danseur de la compagnie Castafiore.

Après s’être déchaussé, le spectateur est invité à pénétrer dans un espace d’une blancheur immaculée, seulement habité par les sculptures géométriques linéaires de la plasticienne Catherine Chanteloube et par deux étranges personnages, l’un sortant littéralement du mur à l’horizontale, l’autre émergeant d’un tas de terre, enfoui jusqu’à la taille. Un univers zen que ne renierait pas un Magritte ou un Dali. Le spectateur y est convié à effectuer un voyage sensoriel et poétique, bercé tantôt par tantôt par le verbe de Beckett (Flots), tantôt par celui, plus contemporain, de Pascal Renault (Marie M.). Méditations transcendantales à travers des corps déchirés, ponctuées par l’intervention de deux danseurs évoluant sur une musique saisissante, parfois futuriste, parfois issue du fond des âges. Des vidéogrammes sculptent leur corps, s’y impriment, les pénètrent, en ressortent sous forme de gestes sauvages, toutefois parfaitement maîtrisés. Cependant, si leur parcours était chargé d’une émotion indicible, celui, déambulatoire, du spectateur manquait malheureusement de fil conducteur. Aussi de nombreuses questions effleuraient-elles son esprit, questions auxquelles il n’obtenait bien sûr jamais de réponse. Il gardera toutefois de ce spectacle la sensation d’avoir vécu un rêve étrange, aux confins du réel et du surnaturel, d’avoir réalisé un voyage poétique aux tréfonds du corps, ouvrant sur d’autres sens dans un monde différent du sien, qu’il n’aura pu qu’entrevoir et dans lequel il aurait aimé pénétrer plus longtemps.

 

                                                                                                                                                                 J.M. Gourreau

 

Fragile(s) / J.F. Bizieau, Les Lilas, Avril 2008.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau