Fré Werbrouck / Phasme / L'attente

Borremans 2HennerPhasme dicip 02

Phasme / Fré Werbrouck Ph. Cie D'ici P

 

                  Michaël Borremans                                                                                                                                                            Jean-Jacques Henner

Fré Werbrouck :

L'attente

 

Le rideau se lève sur une table qui semble se déplacer sans bruit toute seule dans un silence lourd et pesant. Les ténèbres se dissipant peu à peu, on se rend compte qu'une femme y est encastrée, affalée sur le plateau comme si elle en était prisonnière. Elle semble perdue, en attente de quelqu'un qui ne viendra jamais, en quête de quelque chose d'intangible qui ne se matérialisera pas. Un étonnant parfum de mystère emplit la salle, prend le spectateur à la gorge, lui fait perdre la notion de l'espace et celle du temps. Une indéfinissable sensation de solitude l’envahit, jusqu'à ce qu’il se substitue à cette femme aussi énigmatique qu’intemporelle qui se fond dans cette table, dans un corps à corps avec elle: c'est sa demeure, son lieu de vie, son unique bien. Elle attend indéfiniment, comme un phasme, ce "bâtonnet du diable" qui fusionne avec son environnement de feuillage, semblant perdue dans ses pensées, dans une quasi-immobilité. Une gestuelle minimaliste, mettant en scène une femme empreinte de calme, de sagesse et de sérénité, de résignation aussi. Elle paraît vouloir tuer le temps, sans chercher à communiquer avec quiconque. Et semble résignée mais heureuse dans sa solitude. Elle ne nous livrera cependant jamais ni ses pensées, ni son secret.

Borremans the bread video 2012Henner j j 1893 portrait de melle dodey musee j j henner parisPhasme dicip 03

Phasme / Fré Werbrouck Ph. Cie D'ici P

 

Borremans, image tirée de The bread Vidéo, 2012                                                                                                                         J.J. Henner, Portrait de Melle Dodey, 1893

Créé en juin 2015 au théâtre Marni à Ixelles en ouverture du D Festival, Phasme est le second volet des Variations sur l'immobile de Fré Werbrouck, plasticienne et chorégraphe belge formée à la Merce Cunningham School de New-York et auprès de Viola Farber, Françoise Fontigny et Joanne Leighton entre autres. Cosignée par Eve Giordani et Claire Farah, cette pièce est inspirée de l’œuvre de Michaël Borremans, peintre belge né à Grammont en 1963 qui réalise des tableaux apparentés à une photo. Toutefois, il sort du fréquemment du réalisme, sectionnant souvent ses corps au niveau du bassin… Des personnages "troncs" apparaissent alors sur la toile, emprisonnés dans son décor. Ce n'est cependant pas l'œuvre de Borremans que m'a suggéré cette pièce mais celle du peintre alsacien Jean-Jacques Henner. En effet, l'interprète de Phasme, Lise Vachon, chorégraphe elle aussi, est une très jolie danseuse rousse qui, dans cette ambiance feutrée, m'évoqua fortement les tableaux de ce maître. Une pièce fort intéressante à divers points de vue, posant la question de la solitude et de l’enfermement, révélant que la danse peut aussi se manifester sous la forme d’une image en mutation entre le tangible et l’illusion.

J.M. Gourreau

Phasme / Fré Werbrouck, Centre de Wallonie Bruxelles à Paris, 26 & 27 janvier 2016, dans le cadre de la 22ème édition du Festival « On y danse ».

 

 

 

Fré Werbrouck / Phasme / Centre de Wallonie -Bruxelles / Janvier 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau