Frédérique Unger et Jérôme Ferron / Absurdus / Vous avez dit absurde ?

unger-f-ferron-j-absurdus-vanves-11-mars-2012.jpgunger-f-ferron-j-absurdus-vanves-06-mars-2012.jpg
                                                                                                                               

 

 

 

 

 Photos J.M. Gourreau

 

Frédérique Unger et Jérôme Ferron :

 

Vous avez dit absurde ?

 

 

Le monde de l’enfance. Celui où l’on voit la vie en rose. Celui peuplé de pantins, poupées de chiffon, marionnettes, pierrots et autres peluches que l’on traîne partout, sans oublier un nounours plus vrai que nature. Un monde où tout n’est que rêve, insouciance, aventures, étonnements. Et danse.

Absurde ? Pas tant que cela. Plutôt poésie, humour et dérision, bien que certains éléments et objets aient été détournés non innocemment de leur destinée originelle car c’est l’âge des expériences et de la découverte de la vie, l’âge où tout est exploration, révélation, conquête du monde et, aussi, découverte de l’autre. L’âge où l’on se fait des niches, naïvement, innocemment, dans la bonne humeur et la joie. Un univers certes un peu décalé, voire illogique mais tout de même plus proche de la réalité et du quotidien que du rêve.

Bien que le spectateur soit transporté dans une sorte d’hémicycle, chapiteau évoquant la piste d’un cirque, et qu’un ours débonnaire y fasse quelques apparitions cocasses, il n’y a ni clown, ni jongleur, ni trapéziste. Les trois êtres qui y évoluent semblent tout droit sortis de l’enfance, flânant en toute insouciance dans la bonne humeur et la joie. Une gestuelle ludique expressive et imagée, très dansée, souvent primesautière, en accord parfait avec l’univers musical de Mathieu Boogaerts, arrangé pour la circonstance par Jérôme Ferron et parsemé de trouvailles originales, telle cette étonnante musique répétitive produite par le frottement d’un balai d’avant en arrière sur le sol. Pas de véritable début, ni de véritable fin. Une fort belle mise en scène, tantôt chaleureuse de par sa vie et sa couleur, tantôt plus sobre, un graphisme magique en N et B prolongeant la gestuelle des danseurs ou interagissant avec elle. Un univers onirique et poétique, certes un peu linéaire mais d’une grande fraîcheur, émerveillant aussi bien les adultes que les enfants.

J.M. Gourreau

 

Absurdus / Frédérique Unger et Jérôme Ferron, Théâtre de Vanves, 6 mars 2012, dans le cadre d’Artdanthé.

Prochaines représentations :

-          13-15 mars 2012 : Bourges

-          26-28 mars 2012 : Dieppe

-          3-6 avril 2012 : Lorient

-          11-12 avril 2012 : Rouen

-          22 mai 2012 : Fougères

Frédérique Unger et Jérôme Ferron / Absurdus / Vanves / Février 2012

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau