Georges Momboye / Empreinte Massaï / Noblesse et fierté

 

Georges Momboye :

momboye-steve-appel-petit-format.jpgmomboye-steve-appel-img-2014-petit-foramt.jpg

 

 

Photos Steeve Appel

 

 

momboye-steve-appel-img-2693-petit-format.jpg

Noblesse et fierté

 

Il était logique que Georges Momboye, passionné par la mise en valeur des danses africaines, s’arrêtât un jour ou l’autre sur le territoire de l’une des tribus d’Afrique les plus connues mais, paradoxalement aussi, les plus secrètes, celle des Massaïs. Ce peuple d’éleveurs semi-nomades du Kenya et de la Tanzanie, qui vit en totale harmonie avec la nature, est sans doute l’un des plus fiers et des plus racés de ce continent. Fierté qui se manifeste dans son élégance et son allure altière, symbolisées par leur recherche de la verticalité, intéressant parallèle avec les arbres stylisés de la forêt qui occupe d’ailleurs presque la moitié de la scène, et qui contraste avec la nudité et l’horizontalité de l’autre partie du plateau évoquant l’attachement de ce peuple au sol et aux prairies fertiles.

Mais l’intérêt de l’œuvre vient aussi et surtout du fait que le chorégraphe a réussi, en une heure d’un fabuleux spectacle, à montrer non seulement la noblesse de ces hommes mais également de nous ouvrir la porte sur leur mode de vie et leurs coutumes. D’entrée de jeu, on s’aperçoit en effet qu’il s’agit d’une société patriarcale, le laibon (chef spirituel de la tribu, détenteur de la connaissance) étant toujours présent, immobile, dans un coin du plateau, et que rien ne se fera sans son consentement. C’est à lui en effet que reviendra le devoir de l’initiation de ses jeunes pairs, de leur apprentissage du maniement des sagaies et autres armes ; c’est encore lui qui régentera ces étonnantes danses et cérémonies rituelles d’une grande beauté plastique, magistralement évoquées sur la scène par les huit interprètes ; c’est enfin lui qui conduira  ces éleveurs vers les terres les plus fertiles de leur vaste domaine.

Certains détails montrent que Georges Momboye s’est attaché, dans ce spectacle, à retranscrire le plus fidèlement possible certains us et coutumes caractéristiques de ce peuple, ne serait-ce que leur goût pour les vêtements et parures rouges, lequel va jusqu’à se teindre les cheveux. Mais cette recherche s’est également appliquée à la retranscription de quelques unes des danses qui leur sont propres, en particulier cette singulière compétition opposant les hommes, ceux-ci devant sauter le plus haut possible en gardant les pieds joints.

Bref, un spectacle faste et haut en couleurs agrémenté de chants poignants, révélant en outre de fort beaux danseurs qui ont le rythme dans le sang et qui maîtrisent parfaitement la technique très particulière de leur gourou, Georges Momboye, à mi chemin entre les danses traditionnelles ethniques et la danse contemporaine occidentale. 

J.M. Gourreau

 

Empreinte Massaï / Georges Momboye, Théâtre Romain Rolland, Villejuif, 31 mai 2012, en coréalisation avec le Centre de développement chorégraphique du Val de Marne.

 

Georges Momboye / Empreinte Massaï / Villejuif / Mai 2012

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau