Isabelle Catalan / Dirty / Les bas-fonds de l'humanité

 Isabelle Catalan :

 

Une femme qu’on n’aime guère

est plus supportable

si l’on fait l’amour avec elle…

Georges Bataille, Le bleu du ciel                                                                                                                                Photos J.M. Gourreau

 

Les bas-fonds de l’humanité

 

 

Il n’est pas facile pour un homme de faire un choix lorsque trois femmes, belles et aguichantes, s’offrent à lui… Surtout lorsque, sous l’emprise de l’alcool, elles lui apparaissent plus désirables ! Son calme et son effacement apparents inquiètent, sa déchéance laisse présager d’un drame qui conduira à l’irrémédiable. Et c’est d’ailleurs ce qui se produit, ses démons intérieurs non réprimés conduisant tout ce petit monde à sa perte.

Dans la langue de Shakespeare, Dirty, signifie « sale » ou « souillé ». Ce n’est pas un hasard si cette pièce porte ce titre. Car, si le sordide est bien présent, Dirty est aussi le prénom de l’une des femmes du roman de Georges Bataille, Le bleu du ciel, qui a inspiré la chorégraphe. Et son œuvre, malgré sa crudité et sa brutalité s’avère, à divers titres, fort intéressante. Georges Bataille, on le sait, était un être étonnant, haï par les uns, adulé par les autres qui a mené durant toute son existence, une vie de débauche. Dans cette pièce, ce chantre de l’érotisme évoque quelques instants de la vie d'excès d'Henri Troppmann, un homme déchiré entre ses pulsions érotiques plus ou moins perverses et ses pulsions de mort incarnées par ses trois amies Dirty, Lazare et Xénie : celles-ci en effet suscitent en lui tantôt une irrésistible attraction, tantôt la plus vive répulsion, ce qui l’incite à fuir jusqu’à son ombre même. La pièce que nous propose Isabelle Catalan n’est pas une traduction chorégraphique littérale de l’œuvre de Bataille mais plutôt une relecture doublée d’une réflexion sur un monde qui, finalement, n’est pas si éloigné de celui dans lequel nous vivons aujourd’hui. Et, quelle belle leçon d’humanité, quelle puissance dans le non-dit !

A bien y réfléchir, on retrouve dans la mise en scène et dans la danse tout ce qui est contenu dans l’essai de l’écrivain maudit. L’alcoolisme récurrent dans lequel l’homme entraîne ses compagnes, son animalité, sa fascination pour le sacrifice, l’atmosphère glauque de ce monde marginal de paumés teintée de surréalisme – dans lequel, d’ailleurs, Bataille aimait à se plonger – et, surtout, les sentiments qui animent ces personnages, tous obsédés par le sexe, le dégoût de soi et la mort. Bien qu’il soit un peu en retrait dans la mise en scène, c’est l’Homme qui attire les regards, c’est lui qui tire les ficelles du jeu : son masochisme, sa cruauté sous-jacente, sa perversité éclatent au grand jour sous de banales et artificielles attitudes de désœuvrement. L’angoisse qui l’étreint, le partage de ses sentiments qui le contraignent à passer d’une conquête à l’autre sans parvenir à se décider, son aversion passagère pour ses compagnes traduisent un mal-être, un dégoût de lui-même devant cette impossibilité à se raisonner, se maîtriser. Et l’on comprend très vite qu’il n’y aura dès lors pas d’autre issue que la mort.

Si d’aucuns ont pu reprocher un certain manque de rigueur dans l’écriture chorégraphique, je pense pour ma part que laisser une certaine liberté aux interprètes leur a permis de s’extérioriser davantage, de faire vivre chacun leur personnage comme ils le sentaient, de les rendre réels et vrais. Une œuvre qui, en tout cas, donne à réfléchir…

                                                                                                                                                                                        J.M. Gourreau

 

Dirty / Isabelle Catalan, Vanves, dans le cadre d’Artdanthé, Janvier 2011.

 

 

 

 

 

Commentaires (2)

1. seotons (site web) 31/01/2011

J'adore !

2. Isabelle Catalan (site web) 26/10/2014

Bonjour,
je vous envoie ici une photo de DIRTY pour remplacer celle qui est jointe à votre article.
Bien à vous
Isabelle Catalan
Users/admin/Desktop/COMPAGNIES/AZAR/ Photos AZAR/DIRTY /photo DIRTY1.jpg

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau