Jean-Christophe Bleton / Oh ! / Boîtes dadaïstes

oh-ph-l-paillier.jpg

                                                                                                        Ph. L. Paillier

Jean-Christophe Bleton :

 Boîtes dadaïstes

 

Les chorégraphes qui savent faire partager leur art aux enfants et former les spectateurs de demain sont rares : Jean Christophe Bleton est cependant de ceux-là. Voilà plus de 20 ans maintenant qu’il a fondé sa compagnie à laquelle il a donné le joli nom d’ « Orpailleurs », laquelle sillonne la France entière, proposant à son jeune public un travail de sensibilisation à la danse contemporaine et à la création. Et les spectacles qu’il leur offre sont non seulement ludiques mais toujours éducatifs. Sa dernière création, Oh ! en est un bon exemple, tentant d’expliciter par le geste, l’image et le son, l’épopée du mouvement Dada, mouvement artistique et littéraire né en Suisse durant la 1ère guerre mondiale : les artistes qui y adhéraient se sont appliqués à inventer des langages extravagants, en jouant avec les mots et en les libérant de leur sens. Si ce mouvement peut être considéré comme à l’origine du surréalisme, il trouve encore écho aujourd’hui dans la musique des mots, leur rythme (et non leur sens) étant utilisé par certains chorégraphes comme support de leurs œuvres. C’est d’ailleurs un peu ce qui, entre autres, ressort de Oh !, les textes dada de Jean-Christophe Bleton étant employés comme compléments aux musiques de Stéphane Magnin et de Kurt Schwitters.

Cela dit, le ballet développe des trésors d’imagination et de fantaisie - auxquels les enfants s’avèrent très sensibles - avec seulement quelques accessoires glanés ça et là. C’est fou ce que l’on peut faire naître comme images drolatiques avec quelques caisses de carton vides… On peut s’y cacher et ne laisser apparaître qu’un bras, une jambe, une tête hilare ou esbaudie ; on peut aussi y camoufler des tas d’objets hétéroclites ou inattendus, et les faire resurgir au moment où on s’y attend le moins ; on peut les contraindre à se déplacer ou s’ouvrir toutes seules... et, le plus étonnant, c’est qu’elles se font un plaisir d’obéir… La musique, les onomatopées chantées et le bruitage ludique très travaillé de Stéphane Magnin, il est vrai, y sont aussi pour quelque chose ! Mais l’œuvre est, dans son essence même, pleine de magie et, surtout, de poésie, expédiant promptement nos bambins dans un univers onirique qu’ils ne sont pas prêts d’oublier !

 J.M. Gourreau

 Oh ! / Jean-Christophe Bleton et Serge Desautels / Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, 3 et 4 février 2012.

Jean-Christophe Bleton / Oh ! / Opéra Bastille / Février 2012

Commentaires (1)

1. AMY SWANSON (site web) 16/02/2012

Mille Merci à toi Jean Marie pour tous ces textes, réflexions, fenêtres ouvertes sur des chorégraphies & chorégraphes bien aimés. Bravo!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau