Jean-Claude Gallotta / My rock / L'histoire du rock selon Gallotta

Gallotta my rock guy delahayeGallotta my rock g delahaye

 

 

 

Photos Guy Delahaye

 

 

Jean-Claude Gallotta :

L'histoire du rock selon Gallotta

 

Mitan des  années cinquante. Le rock vient d'acquérir ses lettres de noblesse. Comme nombre de jeunes à la même époque, Jean-Claude Gallotta, en admirateur fervent et passionné, ne rate aucun concert, ce qui, dit-il, lui permet d’échapper à sa solitude. Il se nourrira d’ailleurs de cette musique une grande partie de sa vie. Quarante ans plus tard, notes et images restent toujours gravées dans sa mémoire. Pourquoi alors ne pas faire revivre ses rêves d'adolescent tout en les partageant ? Pourquoi ne pas traduire par la danse ces rythmes et émotions qui ont bercé sa jeunesse ? Une idée qui lui trottinait dans la tête depuis fort longtemps et qu’il concrétisa il y a une dizaine d’années déjà, par petites touches, presque confidentielles. Cela se passait très exactement le 29 septembre 2004 pour l’ouverture de la MC2 de Grenoble qui allait alors être sous a houlette : cette ébauche, pourtant déjà bien aboutie, ne connut que 3 représentations.

Retravaillée, relookée, revue et corrigée avec l'aide de sa complice et compagne, Mathilde Altaraz, cette œuvre renaît aujourd’hui sous une nouvelle forme, un panorama historique du rock selon Gallotta, pourrait-on dire. Elle se compose de treize séquences enchaînées, chacune dédiée à un compositeur dont une partition - de quelques minutes seulement - sert de base à une chorégraphie spécifique, souvent diabolique et rageuse, débauche d’énergie au travers de laquelle cependant on retrouve bien le style par petites touches du chorégraphe, ses pas de petite souris et sa gestuelle saccadée. Certaines séquences, parfois émaillées de croustillantes anecdotes comme celle évoquant les astuces qu'il mettait en œuvre pour assister aux concerts sans payer, sont d’ailleurs commentées par Gallotta lui-même sur scène, affublé du galurin de son père, ce qui lui donne des allures d'agent secret. Quelques maximes aussi, adressées tant à lui-même qu'aux artistes de sa génération, du genre : « Souvenez-vous, il vaut mieux brûler que se faner »…

Ce pourrait être un regard nostalgique sur le passé. Ce ne l’est pas. En fait, chaque « tube » est interprété sur scène par la danse d’une manière personnalisée, viscéralement adaptée au tempérament et au style de chacun des compositeurs. Si certains d’entre eux comme Elvis Presley bénéficient d’un solo, d’autres comme les Beatles, se voient incarnés par 10 danseurs débridés qui semblent laisser sourdre leur plaisir au travers d’une danse nerveuse et alambiquée, certes inspirée du rock mais totalement contemporaine, et d’une grande musicalité. Ainsi se succéderont des soli, des duos et des ensembles plus amènes les uns que les autres, lesquels renvoient la monotonie au vestiaire sans autre forme de procès. Les spectateurs les plus férus s’amuseront au passage à rechercher dans leur mémoire le nom des musiciens et le titre des œuvres interprétées. Pas trop difficile d’ailleurs car presque tous sont des légendes vivantes du rock...

Gallotta photo my rock2 g delahayeGallotta my rock 4 g delahaye

 

 

 

 

 

 

Voilà donc une œuvre pleine d’entrain, d’énergie et d’esprit qui marque cependant la fin d’un règne de plus de 30 ans sur la Maison de la Culture de Grenoble 2, le Ministère ayant décidé de confier, dans un esprit de renouveau, les rênes de ce Centre National dès le 1er janvier prochain au tandem Ouramdame – Bourgeois.

J.M. Gourreau

My Rock / Jean-Claude Gallotta, Théâtre du Rond-Point, Paris, du 17 novembre au 6 décembre 2015.

Prochaines représentations : 10.12.15, Mulhouse ; 15-17.12.15, Clermont-Ferrand ; 16.01.16, Istres ; 26.01.16, Oyonnax ; 28.01.16, Vannes ; 26-27.02.16, Vernier (Suisse) ; 18.03.16, Béziers ; 23-24.03.16, Bourges.

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau