José Montalvo / Carmen(s) / Hommage aux femmes du monde entier

Montalvo j carmen s 19 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 69 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 49 mac creteil 24 01 18 1

Photos J.M. Gourreau

José Montalvo :

Hommage aux femmes du monde entier
 

Montalvo j apres la representation de carmen s 01 mac creteil 24 01Comment n’y avait-il pas pensé plus tôt ? On peut en effet s’étonner que, du fait de son charisme, de son humanisme, de sa mentalité et de sa conception de l’existence,  Montalvo n’ait pas réalisé cette œuvre plus tôt. Car cette Carmen(s) correspond si parfaitement à la personnalité de son auteur, à son esprit, à ses préoccupations et à ses penchants, qu’il ne pouvait pas ne pas les faire partager à son public. Peut-être ne se sentait-il pas jusqu’à présent tout à fait prêt ? Qu’il se rassure, cette pièce est un véritable chef d’œuvre, une réussite sur tous les plans, une pièce pleine de vie et d’allégresse, au sein de laquelle on le retrouve plus que jamais fidèle à lui-même. Elle apporte en effet une réponse aux questions existentielles qu’il se pose, que ce soit au sujet de l’immigration, de l’errance, des valeurs du métissage, des inégalités sociales, de l’émancipation féminine, de l’enfance. « Carmen est une femme insoumise, sans patrie ni racines, un être libre de faire ce qui lui plaît », dit-il. Et s’il se sent si proche d’elle, si celle-ci le touche autant, c’est qu’il s’identifie lui aussi à elle étant lui-même fils de réfugiés politiques, en l’occurrence espagnols, qui ont dû fuir leur pays à l’époque du franquisme* pour s’expatrier à Argens près de Carcassonne où le jeune José a passé toute sa petite enfance. Et puis, Carmen était aussi le prénom de sa grand-mère, féministe catalane enthousiaste et rebelle qu’il adorait car elle l’abreuvait de contes qui ont bercé son enfance. C’était en outre le rôle préféré de sa mère, catalane elle aussi, danseuse de flamenco à ses heures…

Montalvo j carmen s 54 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 50 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 47 mac creteil 24 01

Carmen représente donc la révolte en chantant et en dansant. « C’est un être qui traverse les frontières culturelles et géographiques tout à la fois », dit-il. Sa patrie est un monde sans frontière, libre. Ce à quoi rêvent toutes les femmes aujourd’hui. Comme autrefois d’ailleurs Isadora Duncan, Loïe Fuller, Camille Claudel... C’est la raison pour laquelle il a démultiplié son héroïne, incarnée par des artistes d’horizons très divers, tous d’expressivité différente, et qu’il l'a déclinée au pluriel. Car il y a un peu de Carmen chez toutes les femmes du monde. C’est en outre ce que reflète sa mise en scène, comme à l’habitude, une explosion jubilatoire sur plusieurs plans, les danseurs sur scène étant replacés dans un univers virtuel plus vrai que nature, projeté en vidéo sur la toile de fond. Ils  vont et viennent, se superposent aux personnages de l'écran, font corps avec eux. Et quels artistes ! De toutes obédiences, de tous acabits. Des virtuoses en tous genres et de toutes disciplines dans une chorégraphie raffinée, parfaitement adaptée au propos et qui porte admirablement en elle tous les sentiments qui vont les animer, amour, amitié, tristesse, joie, crainte, colère, peur… De plus interprétée par des danseurs de flamenco, de danse contemporaine, de danse de caractère ou des hip-hoppeurs, tous forçant l’admiration, chacun s’étant parfaitement adapté tant aux souhaits du chorégraphe qu’à son style. Il en résulte un spectacle flamboyant, une fête du métissage haute en couleurs mais, surtout, une grande leçon d’humanité qui marquera à jamais les annales de la danse.

J.M. Gourreau

Montalvo j carmen s 81 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 86 mac creteil 24 01 18Montalvo j carmen s 37 mac creteil 24 01 18 2

Carmen(s) / José Montalvo, Maison des arts de Créteil, du 24 au 27 janvier 2018 et Théâtre National de la danse Chaillot, Paris, du 1er au 23 février 2018.

*Régime politique qui associa, entre 1939 et 1977, les caractères du fascisme et de la dictature militaire.

 

José Montalvo / Carmen(s) / Créteil / Janvier 2018

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau