José Vidal / Loop.3 / Frotti-frotta

Vidal jose loop 3 01cnd pantin 04 12 14Vidal jose loop 3 04cnd pantin 04 12 14 

.

.

Photos J.M. Gourreau

.

.

José Vidal :

Frotti-frotta

 

Avez-vous jamais songé à vous placer, avec huit autres personnes, au centre d'un carré de deux mètres sur deux et à danser dans cet espace durant une heure ? Vous penserez sans doute être un tantinet gêné aux entournures ? Eh bien, pas du tout ! José Vidal et ses compères se sont prêtés à cette expérience et, ma foi, le résultat est surprenant. Imaginez, au centre de la scène, un cadre carré délimité par d’étroites bandes lumineuses et, à l'entour, quelques rangées de chaises pour accueillir les spectateurs. La pénombre est rompue par l'arrivée un par un de neuf danseurs emmitouflés dans leurs vêtements d'hiver dont ils se défont au fur et à mesure que l'atmosphère se réchauffe, les éparpillant à l'envi, colonisant à qui mieux mieux cet espace-jeu. Neuf tableaux inspirés de peintures baroques et de photographies contemporaines vont ainsi se succéder au fil du temps dans une ambiance de musique répétitive disco d'Alex Anwandter et de Cristián Bidart. Tout ce que vous pouvez imaginer au sein d'une telle communauté y passe, et les corps s'éveillent à chaque minute davantage mais cela reste relativement sage. Breughel n'est cependant pas loin. Bien évidemment, les figures sont resserrées et étalées en hauteur, les corps s'attirent, s'embrasent, se caressent, s'étreignent, se repoussent, se tordent, s'élèvent, se portent dans un mouvement lent et continu, hypnotisant. Des liens se tissent, les frontières s'abolissent.

L'originalité de l'œuvre tient également dans sa construction, chacun des tableaux étant composé de courtes séquences répétées à quatre reprises en les faisant pivoter d'un quart de tour, ce qui permet à chaque spectateur de pouvoir admirer leur prestation sous toutes ses facettes. Cela pourrait toutefois très vite engendrer l'ennui si le chorégraphe n'avait eu l'idée d'étirer les séquences et les rendre plus vivantes au moment précis où elles pourraient devenir lassantes. Un dosage fort subtil qui retient l'attention du spectateur jusqu'à la fin de la pièce.

Il faut dire que José Vidal, chorégraphe d’origine chilienne diplômé de la London Contemporary Dance School, a fait des études d’anthropologie et de sociologie avant de s’intéresser à la danse. Il est donc bien familiarisé avec les penchants et travers de l'âme humaine. Bien qu’il ait déjà plusieurs pièces à son actif, il est encore peu connu en France car il partage son temps entre Santiago et Londres où il enseigne et danse au sein du collectif Hopscotch. Il déborde d'idées plus originales les unes que les autres et mériterait d'être plus fréquemment programmé dans notre pays.

J.M. Gourreau

Loop.3 / José Vidal, CND Pantin, du 4 au 6 décembre 2014, en partenariat avec le Théâtre de la Ville à Paris.

José Vidal / Loop.3 / CND Pantin / Décembre 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau