Josette Baïz / Roméo et Juliette / L'enthousiasme de la jeunesse

Rome uo et juliette groupe grenade ce ucile martini 3Rome uo et juliette groupe grenade ce ucile martiniRome uo et juliette groupe grenade didier philispart 1Photo C. Martini                                                                                                Photo D. Philippart                                                                                             Photo C. Martini

Josette Baïz :

L'enthousiasme de la jeunesse

 

Roméo et Juliette : nul autre sujet ne  pouvait mieux convenir à ces jeunes danseurs du groupe Grenade que cette œuvre de William Shakespeare écrite aux alentours de 1595, alors que le dramaturge n'avait qu'une vingtaine d'années : elle met en effet en scène de très jeunes danseurs qui ont précisément l'âge des protagonistes de la pièce et dont certains sont issus du même milieu. Cela fait en effet vingt cinq ans maintenant que Josette Baïz met son art au service des plus défavorisés, en particulier de ces bandes de jeunes plus ou moins désœuvrés errant dans les rues d'Aix en Provence, afin de leur donner une éducation, d'en faire des artistes et, surtout, des hommes !

Le thème des amants de Vérone a peut-être autant séduit le théâtre, la musique (Berlioz, Tchaikovski, Prokofiev, Gounod), le cinéma (Edwards, Cukor, Delgado, Czinner, Freda, Castellani, Zeffirelli, Luhrmann), la comédie musicale (West side story), l'opéra (Georg Benda, Pascal Dusapin) que le ballet (Lifar, Cranko, Grigorovitch, Vinogradov, Skibine, Van Dantzig, Spoerli, Van Dantzig, Noureev, Béjart, Cullberg, Duato, Delente, Maillot, Preljocaj...). L'histoire qui associe l'amour, le sexe et la mort est celle, bien connue, de deux jeunes amants dont les amours tragiques réconcilieront les familles ennemies dont ils étaient issus. Un thème ô combien encore trop courant dans notre société aujourd'hui et dont cette pléiade d'adolescents s'est bien évidemment emparée avec la fougue, l'enthousiasme, l'énergie, la spontanéité et la sincérité que l'on peut aisément deviner chez de jeunes danseurs de cet âge. Il faut dire que Josette Baïz leur avait concocté une chorégraphie à leur mesure, associant danse contemporaine et danses urbaines, en particulier du hip-hop, gommant les anecdotes attenantes pour se concentrer sur la passion sourde et contenue dans ce drame de la jeunesse. A sa création à Aix en Provence, le 26 juillet 2013, les 70 danseurs de 6 à 17 ans (dont 26 élèves d'écoles primaires aixoises) et les 80 musiciens de l’orchestre des Jeunes de la Méditerranée, aussi jeunes que les danseurs, il faut le préciser, avaient obtenu un triomphe de la part du public. La chorégraphe avait alors démultiplié ses personnages afin d'en montrer les diverses facettes mais aussi et surtout pour permettre au plus grand nombre d’interprètes de pouvoir s'exprimer sur la scène. Dans la version de tournée qui vient de nous être présentée à Chaillot, le nombre des danseurs a dû être considérablement réduit puisqu'ils ne sont plus que 22, et les musiciens remplacés par une bande son... C'est dommage, il est vrai mais si l'œuvre a perdu un tantinet son caractère grandiose, elle n'a rien perdu  de sa "sauvagerie" ni de son éclat. Les interprètes en effet font preuve d’un professionnalisme étonnant, la diversité et la complexité des sentiments étant particulièrement bien mise en valeur. La mort de Tybalt par exemple n’est ni grandiloquente, ni exagérée. La dramaturgie est juste, précise, parfaitement lisible. Cerise sur le gâteau, des textes additionnels  du slameur Frédéric Nevchehirlian sont déclamés par les enfants eux-mêmes, apportant ainsi une touche moralisatrice en direction des adultes particulièrement bien sentie. Du très beau travail.

J.M. Gourreau

Roméo et Juliette / Josette Baïz, Groupe Grenade, Théâtre National de Chaillot, du 9 au 11 novembre 2014.

Josette Baïz / Roméo et Juliette / Palais de Chaillot / Octobre 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau