Kitao Hiroyo / La transparence de l'âme / Espace Culturel Bertin Poirée

  

 

 

 

 

 

 

Photos J.M. Gourreau

 

Kitao Hiroyo :

 

La transparence de l’âme

 

 

Elle était bien là mais ce n’était qu’une ombre au travers de laquelle chacun pouvait pénétrer. Evanescente, elle ne semblait pas de notre monde. La finesse de son corps, l’harmonie de ses formes et de ses attitudes, son port altier, sa gracilité révélaient un être noble, irradiant de douceur et de bonté. Une étrange fleur en forme de campanule – sa bonne étoile ou sa conscience peut-être –  piquée droit comme une antenne dans ses cheveux surmontait un beau visage ovale qui n’était pas sans évoquer Leonor Fini. Son calme et sa sérénité, sa gestuelle minimaliste peu à peu plus prégnante au fil du temps, les arabesques et ondulations de ses bras et de son corps fascinaient, subjuguaient, hypnotisaient, invitant le spectateur à pénétrer dans son âme, à voyager au sein de son univers, d’autant qu’elle venait l’y inviter. Sa transparence semblait irréelle, son attirance irrésistible, évoquant une sirène appelant à elle quelque naufragé en péril pour le sauver.

Cela fait la sixième fois que Kitao Hiroyo revient en ce lieu. Mais jamais encore elle n’avait fait preuve d’une telle maîtrise de son corps, d’une telle ascendance sur le spectateur. Ses recherches sur les interactions entre le physique et le mental l’ont conduite à faire jaillir, au travers de sa performance, ce qu’elle appelle une « pensée corporelle », à inviter le spectateur à prendre conscience de sa vie intérieure par les sensations de son corps.

Une œuvre d’autant plus intéressante qu’elle était baignée par une lumière d’une douceur et d’une chaleur incommensurables et auréolée d’un parfum de mystère envoûtant.

 

J.M. Gourreau

 

Edge of nougat vol.4 / Kitao Hiroyo, Espace Culturel Bertin Poirée, Juin 2011, dans le cadre du Festival de butô.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (3)

1. casino en ligne (site web) 30/08/2011

Quel bel oiseau petit, j'aime ça.

2. baccarat (site web) 09/09/2011

Une étrange fleur en forme de campanule – sa bonne étoile ou sa conscience peut-être – piquée droit comme une antenne dans ses cheveux surmontait un beau visage ovale qui n’était pas sans évoquer Leonor Fini.

3. casino bonukset (site web) 20/09/2011

Alors profonde. Mouchards.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau