Laura Arend / Anna / Féministe tant dans le corps que dans l'âme

 

Arend laura anna 13 micadanses 22 09 18Arend laura anna 15 micadanses 22 09 18Arend laura anna 24 micadanses 22 09 18 1

Photos J.M. Gourreau

Laura Arend :


Féministe tant dans le corps que dans l’âme

 

Laura Arend est l’une de ces artistes qui ont le pouvoir de fasciner par leur seule présence et la force de leur regard, lequel, à lui seul, exprime un désir farouche de partager et transmettre ses sentiments, ses idées, ses espérances. Mis au service de la danse, cela peut devenir fascinant comme l’on a pu en juger à l’issue de sa dernière création, Anna. Bien que cette pièce portât le titre d’un prénom féminin, le plus répandu en Allemagne, ce n’est pas la destinée et la vie d’une seule femme qu’elle évoque mais bien de cinq, toutes révolutionnaires chacune dans son domaine, tant dans leurs pensées que dans leur parcours. C’est à la lecture d’un article du Courrier International consacré à la destinée de quatre d’entre elles « oubliées » de leurs compatriotes allemands que l’idée lui vint de les évoquer à son tour, ce d’autant qu’elle aussi avait des origines germaniques.

C’est d’ailleurs pour mettre en valeur le portrait de ces quatre femmes – auxquelles elle rajouta celui de Pina Bausch – qu’elle conçut un cadre radieux en néons au sein duquel Fanny Sage et elle-même évoluent tour à tour ou conjointement, exprimant certaines de leurs facettes avec une force peu commune et un réalisme saisissant. Une danse forte, expressive, vive, profonde, poignante. La première d’entre elles, Clara Schumann, est bien sûr connue de tous. Ce sont les affres de cette musicienne aux amours tumultueuses et contrariées mais qui, malgré tout, parvint à épouser son amant qu’évoque Laura Arend par le truchement d’une chorégraphie d’une grande sensibilité de laquelle sourd une non moins grande émotion.

P1370233arend laura anna 26 micadanses 22 09 18Arend laura anna 28 micadanses 22 09 18Arend laura anna 09 bis micadanses 22 09Bien qu’autrichienne, Lise Meitner, « mère » de la fission nucléaire à l’origine de la mise au point de la bombe atomique réalisa la plupart de ses travaux scientifiques en Allemagne. Cette jeune physicienne qui fut la première femme à ouvrir les portes de l’université de Vienne à la gent féminine, ne put accéder au Prix Nobel en raison de son statut de femme mais aussi de sa résistance contre le nazisme. D’une toute autre obédience, Sophie Scholl, embrigadée contre sa volonté dans les « Jeunesses hitlériennes », fut guillotinée par les nazis à Munich en 1943. Elle fut l’un des piliers de la Rose Blanche, célèbre réseau de résistance au régime hitlérien. D’où la présence sur scène de ces aussi fragiles que délicates roses blanches dans des vases de cristal partiellement renversés au cours du spectacle.

Pilote automobile, Clärenor Stinnes quant à elle fut la première personne au monde à faire le tour du monde en voiture de tourisme, à une époque où les voies de communication ne le permettaient pas aisément. Elle remporta en outre 17 victoires en course automobile, presque toutes contre des adversaires masculins, ce qui lui conféra le titre de pilote le plus récompensé d’Europe dans cette discipline.

Enfin, à tout seigneur tout honneur, Laura Arend ne put s’empêcher d’évoquer la mémoire de sa compatriote, la chorégraphe Pina Bausch avec laquelle elle n’eut pas l’heur de travailler. Ce vibrant hommage à des femmes d’exception, en l’occurrence allemandes, révèle une artiste au regard tourné vers les autres, toujours prête à faire partager avec conviction ses découvertes et passions, traits de caractère que l’on retrouve d’ailleurs déjà dans ses deux premières œuvres, Yama inspirée d’un bouleversant voyage en Inde, et Five, d’un fascinant séjour de près de cinq ans en Israël.

Ce spectacle a été donné dans le cadre de la troisième édition de la manifestation « Bien fait » concoctée par Christophe Martin et Micadanses, mini-festival d’automne destiné à promouvoir de jeunes artistes de talent n’ayant pu être programmés par ailleurs.


J.M. Gourreau

Anna / Laura Arend, Micadanses, Paris, 22 septembre 2018.

 

Laura Arend / Anna / Micadanses / Septembre 2018

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau