Loïc Touzé / Elucidation / Ludique

                                                      

 

    Loïc Touzé :

 

Ludique

 

 

                                                                                                            

Photos J.M. Gourreau

Elucidation n’avait que très peu tournée sur scène depuis sa création au festival Agora de l’IRCAM en 2004. Ce petit bijou manquait-il peut-être d’un écrin à la mesure de son éclat ? Toujours est-il que c’est Yvane Chapuis, programmatrice théâtre et danse du Couvent des Bernardins, qui le lui a trouvé. Et quel écrin ! D’une beauté à vous couper le souffle… Loïc Touzé ne pouvait certainement rêver mieux !

Cette œuvre, accompagnée par les Sequenza VIIb et IXb de Luciano Berio, magistralement interprétées par le saxophoniste Claude Delangle d’ailleurs, illustre bien les fondements de la pensée du chorégraphe sur les relations entre la musique et la danse. Si d’aucuns y voient un écho parfait, Loïc, lui, à l’instar d’un Cunningham, ne pense pas que les deux s’accordent nécessairement ensemble dans l’œuvre chorégraphique mais qu’au contraire, elles peuvent cheminer librement côte à côte et, à certains moments seulement, se rejoindre ou se répondre. Il s’agit alors d’un dialogue qui, par instants, pourra être dadaïste, les deux artistes parlant de deux choses différentes en utilisant deux langages différents mais aussi judicieusement complémentaires et, même ludiques, laissant libres cours à l’imagination et à la fantaisie du spectateur. Ainsi nos deux compères auront-ils pu faire naître des images diamétralement opposées chez les différents spectateurs, suivant leur réceptivité et leur état psychique du moment. Le point de départ restait cependant les vibrations du souffle ou du son émises par le saxophone qui, tantôt, se faisant bulles, rebondissaient dans l’espace avant d’être reprises et transformées par le danseur, tantôt imprimaient inconsciemment à son corps certains mouvements ou attitudes, reprises et transformées par l’imagination de son public. En outre, le chorégraphe s’efforçait de ne jamais fermer ni mettre un point d’orgue à sa danse, de toujours laisser une ouverture pour assurer la continuité. Comme s’il voyait le trajet de la musique avant qu’elle n’arrive et qu’il s’y engage sans réticence aucune, en éliminant progressivement tout contrôle de lui-même, comme s’il inversait les relations préétablies entre musique et danse, la règle voulant que la musique soit le prélude à l’art chorégraphique. Il en résultait une œuvre d’une grande liberté, mi-écrite, mi-improvisée, seulement chargée d’une énergie tirée des deux artistes et des spectateurs tout à la fois, mais seulement du sens que le spectateur voulait y mettre. Partage donc mais aussi jeu dont les règles changent à chaque représentation en fonction de l’espace où il est présenté.

On se demande encore comment un lieu aussi magique ait pu échapper jusqu’à ce jour à la sagacité des programmateurs de musique, de théâtre et de danse… En effet, la grande nef du collège des Bernardins qui date du XIIIème siècle a dû faire l’objet, comme le reste du bâtiment d’ailleurs, d’une profonde restauration. Mais elle a été rendue au public il y a deux ans et demi ! Son architecture comme son acoustique se prêtent parfaitement tant aux arts du spectacle qu’aux expositions. Loïc Touzé l’a inauguré avec beaucoup de bonheur dans le domaine qui le concerne, l’art de Terpsichore. Un regret cependant, la brièveté – délibérée – de cette représentation : une demie-heure, c’est bien trop peu : à peine le spectateur a t’il le temps de s’installer et de se mettre en condition que le spectacle n’est déjà plus qu’un souvenir… Il ne lui reste alors plus qu’à faire le tour des lieux pour se consoler !

 

J.M. Gourreau

 

Elucidation / Loïc Touzé, Cloître du Collège des Bernardins, Paris, dans le cadre de « Questions d’artistes », Février 2011.

 

Prochains spectacles : Produit d’autres circonstances, par Xavier le Roy, 7 Avril 2011 à 20h.

Commentaires (1)

1. Romain (Collège des Bernardins) (site web) 13/02/2011

Bonjour et merci pour ce fougueux article !
Visiblement le lieu vous a marqué autant que le spectacle, merci !

Je me permets d'indiquer le lien direct sur notre site pour le spectacle que vous indiquez en bas de post "Produit d'autres circonstances" : http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/art/arts-vivants/danse--produit-dautres-circonstances.html

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau