Lucinda Childs / Available light / Géométrie spatiale

15202 618

15202 540 ph c t matthew15203 0706

 

 

Photos C.T. Mattheew

 

 

 

Lucinda Childs :

Géométrie spatiale

 

Les ballets de Lucinda Childs sont aujourd'hui des œuvres d'anthologie, certaines pièces comme Dance confinant  même au sublime. De la même veine, Available light, qui nous est présenté en ce moment et dont la première version date de 1983, en est un nouvel exemple. Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi, et les pièces de cette époque, nées de sa collaboration avec le Judson dance Theater, ont souvent été décriées, voire été sujettes à de véritables scandales. Tel fut le sort réservé à Available light (= Lumière disponible, titre faisant allusion à la lumière extérieure pénétrant dans le studio lors des répétitions de la pièce), commande de Julie Lazar, conservatrice du MoCA (musée d'art contemporain de Los Angeles), pour marquer l'ouverture de son nouvel espace d'exposition, édifié dans un ancien entrepôt de voitures de police qui laissait filtrer la lumière extérieure. Il s'agissait d'une pièce totalement abstraite dans un ensemble architectural à deux niveaux conçu par Frank Gehry : basée sur l'idée de superposition et de dédoublement, les danseurs évoluaient en écho sur deux plateaux l'un au dessus de l'autre à quelques mètres de hauteur, démultipliant ainsi le mouvement. Un fascinant jeu de questions-réponses, en totale correspondance avec la partition sonore de John Adams.

Plus de trente années plus tard, sous l'impulsion de la chorégraphe, ce ballet minimaliste fait l'objet d'un lifting, tant au niveau de la partition musicale de John Adams, que des décors et de la scénographie de Frank Gehry ou de la chorégraphie, remaniés par leurs anciens auteurs eux-mêmes, afin de poursuivre à travers le monde une nouvelle aventure. Comme par le passé, l'osmose entre chorégraphe, scénographe et musicien est totale, la partition étant légèrement adaptée aux synthétiseurs actuels et retravaillée dans le but de donner davantage de repères aux danseurs. Frank Gehry quant à lui a édifié un décor métallique démontable évoquant les structures originelles intransportables, laissant filtrer la lumière pour constituer de splendides contre-jours. Ce n'est évidemment plus Lucinda qui, à 75 ans, peut encore intervenir comme interprète dans son œuvre, mais elle a dédoublé son rôle qu'elle refaçonné sur deux danseurs, Caitlin Scranton et Ty Boomershine, auxquels elle a confié toutes les subtilités de son art. Il en résulte bien évidemment une danse intemporelle et envoûtante, d'une fluidité extrême, tout en ayant la précision d'une horloge suisse, totalement calquée sur la partition. Une interaction entre danse, musique, architecture, lumière et couleurs du plus bel effet.

J.M. Gourreau

Available Light / Lucinda Childs, Théâtre de la Ville, du 30 octobre au 7 novembre 2015, dans le cadre du 44è Festival d'Automne à Paris.

Lucinda Childs / Available light / Théâtre de la Ville /Novembre 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau