Marcos Morau / Voronia / Descente aux enfers

Voronia chaillot16 marcos morau 02bVoronia marcos morau 01 ph j aznar grec

 

 

 

Photos J. Aznar-Grec

et V. Wagner

 

 

 

Marcos Morau :

Descente aux enfers

 

Une dramaturgie magnifique, de très beaux décors, de fabuleux danseurs mais une histoire dont la trame reste et restera à jamais impénétrable au commun des mortels comme à la majorité des spectateurs... Une histoire confuse et alambiquée, énigmatique, qui a pour thème les conflits entre le bien et le mal et leur contrôle, sujet certes aussi fascinant que passionnant et traité comme une suite de tableaux particulièrement soignés, qui plus est, animés par des danseurs d’une technicité et d’une virtuosité étonnantes, dont la gestuelle très particulière, d’une expressivité extrême, suffirait à elle seule à exprimer les pensées du chorégraphe. Encore eut-il fallu qu’elles fussent claires et lisibles…

C’est en fait à une descente eux enfers que nous invite Voronia, la dernière création de Marcos Moreau, chorégraphe catalan que nous avons déjà pu voir en avril 2014 dans ce même théâtre : il y présentait un thriller chorégraphique, Russia, étonnant voyage dans les steppes glacées de Sibérie. Il nous emmène cette fois dans une grotte de Géorgie, le gouffre de Krubera-Voronia, le plus profond du monde, « en contact direct avec l’enfer ». Il y est bien sûr question de péché et d’enfance donc d’innocence mais aussi de religion, laquelle devrait être le garant du bien mais qui a pu aussi conduire aux pires exactions, tortures et massacres. Tout n’est cependant que mirages, émotions mises à nu aux portes de l’enfer. Les corps se tordent, se vrillent et se contorsionnent, laissant échapper leurs sentiments refoulés par tous les pores de leur peau. Mais l’œuvre est linéaire, ne laissant entrevoir aucune échappatoire. « In girum imus nocte ecce et consumimur igni », peut-on lire sur le fronton de la scène à l’issue du spectacle, ce qui peut se traduire par : « Nous sommes dévorés par le feu et tournons en rond dans la nuit». Ainsi va notre destinée.


J.M. Gourreau

Voronia 02 vitali wagner 2015

Voronia / Marcos Morau et la compagnie La Véronal, Théâtre National de Chaillot, du 13 au 15 avril 2016.

 

Marcos Morau / Voronia / Théâtre National de Chaillot / Avril 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau