Miguel Moreira / The old king / Une belle leçon de courage

Moreira m the old king 06 le cent quatre 12 03 14Moreira m the old king 09 le cent quatre 12 03 14Moreira m the old king 32 le cent quatre 12 03 14Miguel Moreira :

Une belle leçon de courage

 

Fondés par Alain Platel en 1984, les Ballets C de la B se sont de tous temps révélés atypiques, voire anarchiques, mélangeant les genres, ce qui les a rendus inclassables. Les œuvres de leur répertoire sont généralement d’une expressivité hors du commun, quel que soit leur auteur. Et souvent elles bouleversent leur public, le mettant même parfois mal à l’aise, tant du fait de leur propos que de la manière dont celui-ci est traité. D’où l’importance du choix des interprètes, en particulier pour le solo The old king de Miguel Moreira, créé en juin 2011 à Lisbonne, lequel repose entièrement sur l’intensité dramatique des sentiments exprimés par un étonnant danseur, Romeu Runa.

C’est entre autres une image du photographe portugais Daniel Blaufuks où l’on voit un homme mélancoliquement assis, une cigarette à la bouche et un livre posé sur les genoux qui est à l’origine de cette œuvre réellement remarquable, tant par son atmosphère que par les sentiments qui y sont exprimés mais, surtout, par la performance de l'acteur. L'argument, il est vrai, nous touche de près: un roi déchu, abandonné par tous, seul au beau milieu d’un champ de mines, va puiser dans l'adversité les forces et le courage nécessaires pour la vaincre, non sans avoir analysé sa condition et ébauché, à partir du chaos dans lequel il se trouve, un édifice pour s’en sortir. Une mise en scène simple, dépouillée à l’extrême, juste un empilement de quelques palettes en bois, de celles qui servent quotidiennement au transport des marchandises, et ce précisément pour mettre en valeur l’expressivité de l’interprète. Il est impossible en effet de ne pas être touché par cet être mi animal, mi humain, plus ou moins difforme, aux limites de la folie, ce quasimodo apeuré, recroquevillé sur lui-même, la tête rentrée dans les épaules, donnant l'impression d'une bête traquée qui n'a plus le droit à l'existence; impossible de ne pas être profondément affecté par cette créature aux attitudes simiesques, constamment cabrée, arcboutée en arrière, qui gémit douloureusement son désespoir et son impuissance. Jusqu'au moment où, dans un sursaut subit d'énergie auquel, d'ailleurs, on ne croyait plus, elle rassemble ses forces pour ébaucher une monumentale tour de bois par l'intermédiaire de laquelle elle parviendra à sortir au bout du compte de l'impasse et à retrouver la liberté. Une belle leçon de courage contre l’adversité.

J.M. Gourreau

Moreira m the old king 19 le cent quatre 12 03 14Moreira m the old king 14 le cent quatre 12 03 14

The old king / Miguel Moreira, Ballets C de la B, Le Cent-quatre, Paris, du 12 au 15 mars 2014.

Photos J.M. Gourreau

Miguel Moreira / The old king / Le Cent quatre / Mars 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau