Mourad Merzouki / Vertikal / A la conquète du firmament

 

Ph. L. Philippe

01 bd vertikal laurent philippe03 bd vertikal laurent philippe04 bd vertikal laurent philippe

Photos Laurent Philippe

 

Mourad Merzouki :

A la conquête du firmament

 

Aussi fabuleux que stupéfiant : ces mots ne sont pas trop forts. Jamais l’osmose entre trois artistes d’obédience diamétralement opposée, à savoir le chorégraphe Mourad Merzouki, le musicien Armand Amar et le concepteur des lumières Yoann Tivoli n’aura été aussi prégnante, aussi profonde, aussi puissante. Au fond, on n’en attendait pas moins de Mourad : chaque nouveau spectacle de ce chorégraphe, fidèle au langage du hip-hop qu’il a érigé « en mode d’expression artistique à part entière », est en effet un pas en avant vers la nouveauté, le développement et l’évolution de l’art de Terpsichore. Quant au compositeur Armand Amar auquel l’on doit la merveilleuse partition de Pixel, il eut été difficile pour le chorégraphe de ne pas à nouveau faire appel à lui pour la musique de Vertikal. Ce dernier a su faire dialoguer la musique et la danse en parfaite cohésion, auréoler les évolutions des danseurs-circassiens d’une musique enveloppante, envoûtante et planante qui sied tellement bien à cette création que l’on ne peut désormais plus la concevoir sans elle…

08 bd vertikal gilles aguilar05 bd vertikal karo cottier02 bd vertikal laurent philippe

 

 

                 Ph. L. Philippe                                                                             Ph. L. Philippe                                                                           Ph. C. Cottier

Dans cette œuvre, suite logique de Pixel qui projetait ses interprètes dans la troisième dimension, Mourad se confronte cette fois à la verticalité, domaine qu’il n’avait encore jamais eu l’occasion d’aborder. Ce sont les approches de Fabrice Guillot, directeur artistique de la compagnie Retouramont, pionnière dans la pratique de la danse verticale et référence dans cette discipline, qui lui a donné l’envie de s’y adonner à son tour. Comment conquérir, s’approprier l’espace aérien par la danse,  se demandait depuis quelque temps Mourad, comment conférer à cet art cette légèreté, cette immatérialité, apanage des êtres évoluant dans les airs ? Il lui fallut alors élaborer de nouveaux appuis pour ses danseurs, modifier fondamentalement leur rapport au sol. « Les jeux de contact entre les interprètes sont bousculés », nous confiait-il. Et de poursuivre : Dans cette œuvre, « le danseur est tour à tour socle et porteur ou, au contraire, voltigeur, marionnette animée par le contrepoids de ses partenaires au sol ». L’effet est saisissant. On ne peut en effet s’empêcher de penser aux elfes, sylphides et willis des ballets romantiques voltigeant, grâce à de fins cordages, comme des lucioles dans les forêts profondes et mystérieuses chères à certains poètes du XIXème siècle, tels Baudelaire ou Heine. En fait, si le plateau reste l’une des surfaces largement utilisées par les danseurs, les structures monumentales en fond de scène, sortes de tours d’escalade amovibles en trois parties, le sont tout autant, permettant à cinq danseurs attachés par un baudrier d’évoluer comme en apesanteur au dessus de la scène sur laquelle leur répondent en écho cinq autres danseurs au sol. Il en résulte un jeu fascinant, dans le final de l’œuvre notamment, lequel, grâce aux lumières et aux clairs-obscurs de Yoann Tivoli, laisse une impression de deux mondes qui tantôt se côtoient, tantôt s’interpénètrent dans la plus parfaite harmonie, voire d’un univers plein de douceur et de poésie, traversé par un long fleuve tranquille qui, malgré ses hauts et ses bas - traduisez ses envolées et ses chutes - génère sur son passage une ineffable sensation de volupté et de liberté mais, surtout, de calme et de paix.

Malgré ses débuts peut-être un peu trop lents qui pourraient, à mon goût tout au moins, être un tantinet raccourcis, cette création, qui fait appel tant au hip-hop qu’à la danse contemporaine et aux arts du cirque, reste et restera un des fleurons marquants de la compagnie Käfig.

J.M. Gourreau

Vertikal / Mourad Merzouki, MAC Créteil, du 9 au 14 novembre 2018, dans le cadre de la 5ème édition du festival de danse Kalypso.

Prochaines représentations :

-         Châlons-sur-Saône, L’espace des arts, du 3 au 4 décembre 2018.

-         Sceaux, Théâtre les Gémeaux, du 7 au 9 décembre 2018.

-         Paris, Grande halle de la Villette, du 12 au 15 décembre 2018.

-         Montpellier, Le Corum, du 18 au 20 décembre 2018.

               

 

Mourad Merzouki / Vertikal / Créteil / Novembre 2018

Ajouter un commentaire