Mourad Merzouki / Zéphyr / Les 40èmes rugissants

P1090260 merzouki zephyr 02P1090398 merzouki zephyr 03Merzouki zephyr 02 lphl philippe

                            Ph. J.M. Gourreau                                                                                                                         Ph. L. Philippe                                                                                                                           Ph. J.M. Gourreau

 

Mourad Merzouki :

Les quarantièmes rugissants

 

Mourad merzoukiComment conquérir, s’approprier l’espace aérien par la danse, s’interrogeait Mourad Merzouki lors de l’élaboration de son ballet Vertikal ? Comment se jouer des tempêtes, cyclones et ouragans lorsqu’on affronte les océans sur une frêle embarcation, s’est-il demandé cette-fois-ci lors de la création de Zéphyr ? L’une des réponses pourrait nous être apportée par Homère qui attribue à Éole, roi de l’île flottante d’Éolia qui hébergeait temporairement Ulysse et ses compagnons, la lourde tâche d’amadouer, voire de maîtriser les vents pour contrer leur colère lorsqu’elle se déchaîne. Dans L'Odyssée en effet, le poète raconte qu’au moment de repartir pour Ithaque, Eole remit à Ulysse une outre dans laquelle étaient emprisonnés les vents contraires. Au cours du voyage, ses compagnons ouvrirent l'outre à son insu, pensant qu'elle était pleine de vin. Les mauvais vents s’en échappèrent alors et les repoussèrent vers Eole qui, sans pitié, les chassa de son territoire.

Merzouki zephyr 01Merzouki zephyr 03Merzouki zephyr 01 ph l philippe

 

                             Ph. J.M. Gourreau                                                                                                                         Ph. L. Philippe                                                                                                                           Ph. J.M. Gourreau

Pas question cependant d’outre dans Zéphyr mais bien de mers déchaînées, de vents violents, redoutables et de brumes quasi-impénétrables semant la mort sur leur passage, amenant les navires à se jeter sur les brisants. C’est à l’occasion du "Vendée Globe",compétition de skippers qui se déroule à la voile autour du monde en solitaire, sans escale ni assistance, que Mourad Merzouki imagina cette œuvre. Sa lecture nous rappelle bien évidemment les milliers de migrants qui fuient, en ce moment encore, leur patrie, en quête d’un monde meilleur, mais également à tous ces marins qui périrent au cours des siècles passés dans les flots impétueux des mers démontées, victimes de leur mauvaise fortune ; on pense bien sûr aussi au Radeau de la Méduse du peintre romantique français Théodore Géricault, chef d’œuvre réalisé entre 1818 et 1819, lequel représente un épisode tragique de l’histoire de la marine coloniale française, à savoir l’échouage d’une frégate sur un banc de sable au large des côtes de la Mauritanie, lequel entraîna la mort de 132 hommes. Quant au dernier tableau, d’une somptueuse beauté dans ses rouges flamboyants, il fait allusion aux sirènes évoquées par Homère dans L’Odyssée, lesquelles aguichent, par leur chant, les marins en détresse, les invitant à les rejoindre aux tréfonds de leur mystérieux domaine ; Il rappelle également ces nymphes, naïades, nixes, ondines ou tritons qui hantent le fond des mers, et toutes ces créatures mythologiques infernales auxquelles Jules Verne a prêté vie et qui recrachent les proies qu’elles viennent d’ingurgiter…

Gericault le radeau de la meduse louvreEole donnant les vents a ulysse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   

                                            Le radeau de la méduse  - Théodore Géricault - Musée du Louvre                                                                                                                                  Éole donnant les vents à Ulysse - Isaac Moillon - Musée de Tessé

C’est aux côtés d’une vaste coque de bateau plus ou moins éventrée et aux parois rouillées desquelles sourdent les brumes que vont se nouer les drames. Des drames magnifiquement illustrés par la danse contemporaine mâtinée de hip-hop dont Mourad a le secret et qui font voyager ses interprètes, sublimes eux aussi, au gré des vents et des marées… C’est angoissant de voir leurs vains efforts, la peur qui se lit sur leurs visages, leur résistance, leur lutte désespérée pour survivre. Une atmosphère pesante baignée par la musique irréelle et pleine de mystère d’Armand Amar, laquelle évoque un voyage au-delà du réel. Admirables elles aussi les lumières de Yoann Tivoli qui auréolent le spectacle d’une atmosphère aussi magique que fantasmagorique. Bref, voilà une nouvelle pièce pleine de mystère et de rebondissements qui fait honneur à ses auteurs.

J.M. Gourreau

Zéphyr / Mourad Merzouki, MAC Créteil , du 12 au 17 novembre 2021, dans le cadre de la 9è édition du festival Kalypso. Prochaines représentations : Les Gémeaux, Sceaux, du 10 au 12 décembre 2021, 20 au 23 décembre, Grande halle de La Villette, Paris.

 

Mourad Merzouki / Zéphyr / Créteil / Novembre 2021

Ajouter un commentaire