Nasser Martin-Gousset / Le visiteur / Meurtre passionnel

martin-gousset-n-le-visiteur-13-cnd-pantin-16-10-13.jpgmartin-gousset-n-le-visiteur-06-cnd-pantin-16-10-13.jpgmartin-gousset-n-le-visiteur-09-cnd-pantin-16-10-13.jpg

Photos J.M. Gourreau

Nasser Martin-Gousset :


Meurtre passionnel

 

C’est à la lecture d’un polar dansé que nous convie Nasser Martin-Gousset dans sa dernière création, Le visiteur. Un polar qui, en fait, pourrait très bien survenir dans la réalité. Il s’agit de l’histoire d’un homme qui, dans sa solitude, s’éprend d’un personnage inconnu venu lui rendre visite. Qui est-il et que vient-il faire précisément ? On ne le saura jamais. Peu importe d’ailleurs car, ce que le chorégraphe met en valeur, ce sont d’une part les relations amoureuses qui vont naître entre ces deux hommes et, d’autre part, la destinée de ce « visiteur », lequel va finir ses jours étranglé entre les mains de son compagnon. Rien de bien exceptionnel ni même de très étonnant par conséquent. Et l’histoire, en trois actes, se déroule avec réalisme, simplicité et naturel. Toutefois, certains flashback déroutent un peu le spectateur et ne s’avèrent pas réellement nécessaires ni, même, utiles… On assiste donc à la naissance de l’amour entre les deux hommes un soir d’hiver enneigé, l’un d’eux devant être danseur car le seul mobilier de l’huis-clos au sein duquel se déroule l’histoire s’avère être un divan, une coiffeuse de maquillage et… une barre, laquelle, bien évidemment, permettra la mise en valeur d’un brillant solo promouvant la virtuosité de son interprète. C’est aussi tout naturellement que des nuages viendront s’interposer au sein de cet amour purement charnel, sous la forme de colères et disputes houleuses de plus en plus fréquentes, lesquelles aboutiront à un meurtre par strangulation, prémédité et froidement exécuté. Pas de remords, mais le spectre du défunt viendra par la suite hanter l’esprit de son amant et bourreau.  

Un thriller psychologique très pragmatique par conséquent, parfaitement lisible, peut-être trop d’ailleurs car sans réel suspense. On devine en effet dès le début de l’histoire qu’elle va se terminer par un meurtre ; aussi n’est-on pas surpris lorsque celui-ci survient, malgré son étonnant réalisme. Outre son atmosphère, un des atouts de cette pièce, à mi-chemin entre danse et théâtre, est d’avoir été accompagnée en live par le pianiste-compositeur Pierre Christophe, dont la partition sert d’ailleurs merveilleusement bien l’œuvre. Au bout du compte, on passe une très bonne soirée, d’autant que les deux interprètes, Maxime Mikolajczac et le chorégraphe lui-même interprètent chacun leur rôle à la perfection.

J.M. Gourreau

Le visiteur / Nasser Martin-Gousset, Centre National de la danse, Pantin, du 15 au 18 octobre 2013.

Nasser Martin-Gousset / Le visiteur / CND Pantin

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau