Nathalie Pernette / La peur du loup / Un grand méchant loup pas si méchant que ça...

La peur du loup 1

Ph. Cie Pernette

Nathalie Pernette :

Un grand méchant loup pas si méchant que ça...

 

Qui n'a jamais été fasciné voire effrayé dans son enfance par les histoires de vampires, de loups-garous voire de loups tout court ? Qui n'a pas laissé vagabonder son imagination à la lecture de Blanche-Neige et les sept nains ou du Petit Chaperon rouge ? Et, une fois passé à l'âge de raison, qui ne s'est pas jeté sur les récits moyenâgeux, voire plus récents, rapportant les attaques de loups sur des enfants ou des vieillards esseulés ? Ce sont toutes ces histoires, réelles ou imaginaires, qui ont subjugué Nathalie Pernette, laquelle a choisi de nous les faire revivre et partager à sa manière d'une façon imagée, parfois crue, souvent sur plusieurs plans: l'un graphique par le truchement d'étonnantes images animées en noir et blanc projetées en fond de scène et sur le sol, l'autre vivant, en incarnant elle-même nombre de facettes de cet animal extraordinairement intelligent qui nous attire et nous repousse tout à la fois. Un univers de contrastes au sein duquel le réel côtoie l'imaginaire, créé tant par les images de Guillaume Bertrand, que par les fort belles lumières de Caroline Nguyen, le loup passant du statut de victime à celui de prédateur, ce en accord total avec Dame Nature. Certaines scènes se révèlent particulièrement saisissantes, entre autres celle de l'évocation du loup-garou qui, du fait de sa faculté de passer de l'état animal à celui d'humain et de son immortalité, reviendra à plusieurs reprises tourmenter les hommes avec une cruauté sans pareille... Ou, encore, celle de ce vieux loup solitaire errant dans les immensités glacées du grand Nord, à l'image de ceux qui, dans les campagnes napoléoniennes, amputaient pour se nourrir les cadavres des soldats tués au combat...

D'une précision extrême, la chorégraphie qui explore et met en œuvre de très nombreuses énergies est fortement inspirée par la gestuelle animale, pas seulement de celle du loup d'ailleurs, d'autres animaux intervenant dans le spectacle, entre autres ceux qui en sont la proie comme l'agneau ou le lapin mais aussi certains représentants de la gent ailée comme le corbeau, observateur attentif autant que moralisateur. L'œuvre, mimée et dansée tout à la fois, est ainsi émaillée d'une foultitude d'idées se télescopant de temps à autre, la rendant parfois difficile à suivre. Mais les images et tableaux présentés sont d'une telle suggestivité qu'ils réveillent en nous le souvenir d'histoires accumulées dans notre inconscient depuis de nombreux siècles. N'est ce pas là le principal but que Nathalie Pernette cherchait à atteindre ?

J.M. Gourreau

Pernette n la peur du loup 03 chatillon 23 05 14Pernette n la peur du loup 02 chatillon 23 05 14

Pernette n la peur du loup 01 chatillon 23 05 14

Ph. J.M. Gourreau

La peur du loup / Nathalie Pernette, Théâtre de Châtillon, 23 mai 2014.

Nathalie Pernette / La peur du loup / Théâtre de Châtillon / Mai 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau