Nathalie Pubellier / Non, pas toi ! / Souvenirs, souvenirs, quand tu nous tiens…

Pubellier 01Pubellier 03Pubellier 02

Nathalie Pubellier

Photos J.M. Gourreau

Nathalie Pubellier :

Souvenirs, souvenirs, quand tu nous tiens…

 

Jean gaudin copieQue du bonheur ! C’est avec  beaucoup de chaleur, de naturel et de poésie que Nathalie Pubellier évoque quelques truculents passages de sa vie de danseuse. Non, pas toi est une sorte de récit autobiographique vif, gai, spontané, malicieux, plein d’à-propos et d’allant, tendre et grave tout à la fois, dans lequel elle joint le geste à la parole. Quelle aisance, quelle justesse, quelle gouaille, quel bagout ! Bluffant… C’est remarquable de voir la justesse et la précision avec lesquelles le librettiste et concepteur du projet, Benoist Brumer et, surtout, le chorégraphe, Jean Gaudin*, sont parvenus à saisir la personnalité passionnante et passionnée de cette artiste dont on ne soupçonnait pas toute l’étendue des talents… Ils en ont brossé un portrait truffé d’anecdotes plus cocasses les unes que les autres qui nous sont narrées avec beaucoup d’humour et un immense bonheur. Il faut avouer que c’est fichtrement euphorisant d’avoir face à soi un être qui respire autant la joie de vivre et qui nous la communique avec une verve incommensurable, une aisance étonnante, une allégresse qui réchaufferait les cœurs les plus endurcis ! Car elle la revit avec un plaisir non dissimulé, son aventure !

Pubellier 07 copie

Tout a commencé il y a environ un an et demi. Nathalie éprouvait le besoin de partager ses souvenirs, de ré-évoquer la joie qu’elle eut, depuis sa plus tendre enfance, de danser, de créer, autant pour elle que pour les autres d’ailleurs. Si la plupart des artistes prennent la plume pour le dire, elle, pour sa part, préféra le geste et le verbe. Il faut dire que, toute sa vie fut fertile en évènements. Pas toujours heureux toutefois. Comme nombre d’artistes, elle dut se battre, parfois plus que d’autres, contre l’adversité. Sa destinée ne fut déterminée que tardivement, à l’issue de ses études de biologie animale à l’université de Marseille, imbibée de la philosophie de Spinoza qui identifiait Dieu à la nature. Une décision qui fut prise en une nuit alors qu’elle était encore étudiante à la faculté des sciences et ce, après avoir rencontré Karin Waehner, dont la doctrine était fondée sur la transmission des émotions. Très vite, elle prit des cours avec elle, s’imprégna de sa pensée et de sa philosophie, adopta sa discipline. Des échanges on ne peut plus fructueux qui lui permirent de s’immiscer dans le monde du théâtre, de mixer cette discipline à l’art de Terpsichore, de placer sa voix, de trouver les états de corps qui s’accordent avec elle… Tout cela pour se retrouver, quelque temps plus tard, mascotte au Paradis latin, baignant dans un monde totalement artificiel…

Pubellier 04Pubellier 06Pubellier 05

Nathalie Pubellier

Non, pas toi ! est une œuvre construite par petites touches évoquant les Petites madeleines de Proust, qui réunissent les arts de Terpsichore et Polymnie, au sein de laquelle les émotions qu’elle a engrangé durant toute son existence ressurgissent, et qu’elle nous fait partager avec une grande simplicité. Un travail qui met en exergue son tempérament primesautier, un tantinet frondeur et capricieux, son humour - irrésistible dans sa parodie des méthodes pédagogiques, - sa préciosité mais, surtout, une exubérance pour le moins débordante. Si elle n’avait pas été danseuse, elle aurait d’ailleurs pu tout aussi aisément et avec le même bonheur embrasser la carrière de comédienne… Quoi qu’il en soit, voilà une pièce captivante, émouvante et qui réchauffe les cœurs les plus endurcis ! Et, en outre, une sacrée performance…

Kinsora 01Kinsora 03Kinsora 02

Sierra Kinsora et Tudi Deligne

Chacune des 5 représentations s’ouvrait chaque soir sur une piécette très courte, trop même, généralement l’œuvre d’une jeune artiste encore peu connue. A cette occasion, il m’a été donné de revoir une toute jeune danseuse que j’avais pu découvrir trois ans plus tôt à l’occasion du festival  « En chair et en son » de 2017, Sierra Kinsora, dans une création intitulée The colour ; par son intériorité, son expressivité et sa tranquille assurance, elle m’avait évoqué l’art de Kazuo Ohno dans sa fabuleuse interprétation de La Argentina (voir dans ces mêmes colonnes au 26.10.2017). Dans ce spectacle, elle interprétait, avec le danseur Tudi Deligne, une très courte pièce de danse butô, 30.000 ans et douze minutes, dans laquelle elle apparaissait telle une ombre immatérielle, toujours aussi éthérée et envoûtante, captant l’énergie cosmique des spectateurs pour la concentrer, la démultiplier et la faire rejaillir comme une aura autour de son corps. Fascinant.

J.M. Gourreau

Non, pas toi ! / Nathalie Pubellier & 30 000 ans et douze minutes / Sierra Kinsora & Tudi Deligne (Cie Infradanse), Espace Culturel Bertin Poirée, Association franco-japonaise Tenri, Paris, du 16 au 22 janvier 2020, dans le cadre du Festival « Faits d’hiver ».

* La connivence entre Nathalie Pubellier et Jean Gaudin ne date pas d'aujourd'hui. En 2012 en effet, Nathalie proposait à Jean d'être l'interprète de son solo Henri, remanié spécialement pour lui et, l'année suivante, Jean réalisa pour elle un solo sublime, Al Atlal, qui fut présenté au Théâtre de verre à Paris en avril 2013 (Cf. dans ces mêmes colonnes au 19 avril 2013).

 

Nathalie Pubellier / Non pas toi ! / Espace culturel Bertin Poirée / Janvier 2020

Ajouter un commentaire