Nono Battesti / Double / Une belle osmose entre musique et danse

Nono battesti double1 jean marc schneider

Nono battesti double 3 jean marc schneider 1

.
.

Photos M. Schneider

.
.

Nono battesti 02.

Nono Battesti :

Une belle osmose entre musique et danse

 

On l'avait déjà vu dans cette même salle en novembre 2011: il présentait alors Sources, un spectacle autobiographique avec l'accordéoniste Didier Laloy. Une osmose fascinante que l'on retrouve aujourd'hui dans Double, œuvre dans laquelle intervient cette fois un prodigieux guitariste-percussionniste, Quentin Halloy, issu du Jazz Studio d'Anvers, la chanteuse haïtienne Dyna-B, déjà présente dans son précédent spectacle et, surtout, une toute jeune danseuse belge, Juliette Colmant, qui étonna par sa maîtrise technique, formant avec Nono Battesti un ensemble d'une perfection absolue. Or, quand on connait les qualités techniques de ce danseur, rompu aux différents styles de danse, qu'il s'agisse du hip hop, de la danse contemporaine ou de la danse jazz, on ne peut qu'être subjugué ! Comme le disait Corneille, la valeur n'attend pas toujours le nombre des années...

Le propos de Double est à nouveau autobiographique : Battesti évoque cette fois dans ce spectacle non son passé mais sa recherche d'un équilibre ainsi que ses interrogations actuelles, en faisant intervenir danse, musique instrumentale et chant. Il y est entre autres question de ses amours tumultueuses, naviguant d'une femme à l'autre, ce qui n'est bien sûr pas sans engendrer un zeste de jalousie et quelques différends... Si la synergie entre danse et musique instrumentale s'avère parfaite, Quentin Halloy faisant preuve d'une inventivité et d'une maîtrise instrumentale étonnantes, je n'en dirais cependant pas autant de l'apport de musique soul interprétée par Dyna-B qui, paraissant totalement rapportée, n'ajoutait à mon avis rien de plus à ce spectacle, lui ôtant même son unité. A trop vouloir en faire... Erreur de jeunesse toutefois bien pardonnable à un chorégraphe qui a plus d'une corde à son arc et dont l'un des plus grands mérites, outre son talent, est de savoir choisir ses collaborateurs et interprètes avec beaucoup de discernement.

J.M. Gourreau

Double / Nono Battesti, Centre Wallonie-Bruxelles, 23 et 24 janvier 2015, dans le cadre du festival "On y danse".

Nono Battesti / Double / Centre Wallonie-Bruxelles / Janvier 2015

Commentaires (1)

1. Sarda 28/01/2015

Monsieur,

Nous sommes trois étudiantes en Licence professionnelle de Médiation Culturelle et dans le cadre de notre projet tuteuré nous avons pour mission d’organiser pour et avec le Théâtre Paul Eluard de Bezons une conférence-débat.

Cette conférence fait le lien avec la programmation "La collection Lise B." de Fabrice Dugied présentée le samedi 14 mars 2015 en partenariat avec le réseau Escale Danse en Val d’Oise et la Biennale de Danse du Val de Marne.

La conférence est dédiée à un public large, composé notamment de professionnels, de lycéens, d'étudiants, de spectateurs. Elle se déroule sur deux heures : une heure et demie d’échange entre les différent(e)s intervenant(e)s : un chercheur en danse, un journaliste-critique, un chorégraphe, un écrivain et un bloggeur, puis une demi-heure de débat avec le public.

La conférence pose la question suivante : " La critique de danse est-elle encore vivante ?" et elle est suivie à 18h00 du spectacle de Fabrice Dugied : « La collection Lise B. ».

Votre présence serait un réel enrichissement pour le débat.
Nous aimerions savoir si vous seriez intéressé de participer à la conférence en tant qu'intervenant.

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Laure de Curallucci de Peretti
Camille Galland
Lydie Sarda

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau