Olivier Dubois / Tragédie / Transe

Tragedie 02 ph o stemmerTragedie 01 ph o stemmer

 

 

 

Photos F. Stemmer

 

 

Olivier Dubois:

Transe

Ils sont dix huit, neuf femmes et neuf hommes, nus comme des vers. Sortant progressivement de l'ombre, les premiers s'avancent dans un va-et-vient obstiné, d'abord un par un puis par petits groupes depuis le fond de scène jusqu'au devant du public avant de s'en retourner pour refaire le même trajet, inlassablement, tel un défilé de mannequins. Une marche implacable, martiale, quasi-militaire, comme télécommandée, répétée à l'envi pendant près de trois quarts d'heure, du même pas. Des allers-retours dans l'urgence, martelés par la musique - obsessionnelle elle aussi - de François Caffenne, qui fascinent, obnubilent par leur répétitivité. La mécanique est réglée comme un mécanisme d'horlogerie et l'on ne s'aperçoit qu'à peine des changements de rythme et de direction progressifs qui vont amener cette marée humaine - une vingtaine de danseurs suffit en effet à en donner l'impression - à modifier sa forme et le sens de sa marche. Individualisés au départ, les corps bientôt se fondent en une masse qui tantôt se fragmente pour s'affronter, tantôt se regroupe en cercle tout en s'évitant, tantôt fusionne embarquée dans une folie communicative, détruisant la géométrie originelle rigoureuse et ordonnée où les corps se frôlaient sans jamais se toucher. Petit à petit, cette humanité, libérant son énergie, donne alors libre cours à ses pulsions orgiaques, révélant la sauvagerie et la bestialité dont elle est animée. En se libérant ainsi, les corps à l'état brut vibrent puis entrent en transe, dévoilant cet état de corps originel qui se débarrasse de tous ces troubles "historiques, sociologiques et psychologiques" qui lui avaient été conférés par la civilisation. Une danse tribale hypnotique et obnubilante qui entraîne peu à peu dans son sillage les spectateurs subjugués.

Tragedie 03 avignon ph f stemmerTragedie 04 ph f stemmer

 

 

 

 

 

Tragédie est le troisième volet d'une trilogie, Etude critique pour un trompe l'œil, dont le premier volet, Révolution, a été créée en 2009 et le second, Rouge, en 2011. Cette dernière œuvre, qui s'appuie sur La naissance de la tragédie de Nietzsche, a vu le jour avec un énorme succès au festival d'Avignon en 2012. La question à laquelle Olivier Dubois tente de répondre au travers de celle-ci tient en quelques mots: "Qu'est-ce que l'humanité" ? D'où la mise à nu aussi nécessaire qu'indispensable du corps - ce qui, d'ailleurs, ne choque ni ne relève plus de la provocation aujourd'hui, - la vibration de la chair étant un des véhicules princeps de l'émotion comme des sensations qui n'est plus à démontrer. Et le chorégraphe de conclure: "Le simple fait d'être homme ne fait pas l'humanité"...

J.M. Gourreau

Tragedie 05 ph f stemmer

Tragédie / Olivier Dubois et le Ballet du Nord, Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines, 19 novembre 2016.

https://www.youtube.com/watch?v=A3Jno6Y5u9w

 
 

Olivier Dubois / Tragédie / Ballet du Nord . Saint-Quentin en Yvelines / Novembre 2016

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau