Perrine Valli / Une femme au soleil / Le désir de l'autre

Valli p 01 ph dorothee thebertValli p 03 ph dorothee thebert

.
.
.
.
.
.
Photos Dorothée Gilbert
.
.
.
.
Perrine Valli :

Le désir de l'autre

 

"On ne désire que ce dont on manque", disait Platon dans Le banquet. Le désir, c'est donc un but à atteindre, un souhait irrépressible, un besoin de possession, qui ne peut se rechercher et être atteinte après mûre réflexion, que dans le calme et la sérénité, jamais dans la précipitation. C'est en tout cas l'impression princeps qui ressort de la pièce de Perrine Valli, Une femme au soleil, troisième volet d'une thématique sur le désir féminin, présentée en ouverture des Rencontres Internationales de danse de Seine-Saint Denis. Cependant, pas question ici du désir de danse : la chorégraphe axe cette fois sa recherche sur la quête de l'autre, sur le rapport entre les corps, masculins et féminins. Six parties la composent : "le sans-rapport", "le sex-appeal", "l'approche", "l'attention vers", le toucher" et "l'impasse". Elles s’inspirent de deux ouvrages, le livre de Jean-Luc Nancy, L'il y a du rapport sexuel, et celui du philosophe français Alain Badiou, L'éloge de l'amour, qui met en crise les relations amoureuses contemporaines, selon lesquelles "il faut réinventer le risque et l'aventure, contre la sécurité et le confort". Tout un programme…

C'est une série de toiles du peintre américain new-yorkais Edward Hopper parmi lesquelles A woman in the sun (1961, Whitney Museum of American Art) représentant son épouse nue, une cigarette à la main, dans une chambre éclairée par le soleil, qui est à l'origine de la création de cette chorégraphe suisse. Une fenêtre laisse voir les flancs d’une colline verdoyante, baignée par la lumière dorée d’un matin paisible. L'œuvre de Perrine Valli ne se déroule pas dans une chambre mais sur une pelouse extérieure au centre de laquelle se trouve un bassin fréquenté par quatre personnages, un couple et son double, dans une atmosphère printanière baignée par le soleil et auréolée de calme et de volupté. Comme dans le tableau de Hopper, on ne sait pas exactement si l'on se trouve avant ou après l'acte sexuel, l'action, toute en lenteur, ayant lieu hors du temps. Des images sublimes de corps lascifs se reflétant dans l'onde, auréolées de quiétude et de paix, évocatrices d'un intense bien-être et d'un parfait bonheur.

J.M. Gourreau

Hopper unefemmeausoleil

Hopper, Une femme au soleil

Une femme au soleil / Perrine Valli, Salle Maria Casarès, Montreuil, 5 & 6 mai 2015, dans le cadre des Rencontres chorégraphiques de Seine-Saint Denis.

Perrine Valli / Une femme au soleil / Montreuil / Mai 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau