Philippe Découflé / Coeurs croisés / Déjanté à souhait

Philippe Découflé :

 

Déjanté à souhait

 

 

Après avoir vu Cœurs croisés, on comprend aisément que Philippe Découflé ait été invité à s’immiscer dans les coulisses du Crazy Horse pour lui insuffler une nouvelle jeunesse. Car, finalement, Cœurs croisés est un joyeux mixage de cabaret et de revue style Folies Bergère ou Crazy Horse hors les murs, où le strip-tease rime avec art et poésie, humour et fantaisie. Sans bulles, il est vrai mais avec tout le reste ! Et il n’y a pas été de main morte, le bougre… Difficile de faire mieux dans l’art de l’effeuillage. Il se dit adepte de la derrièrologie. J’ajouterai que, sans l’esprit qu'il lui insuffle (il en a toujours eu à en revendre, d’ailleurs), cet art, de nos jours, ne ferait plus mouche.  En fait, ce spectacle aux frontières de l’intime, strictement réservé aux adultes (sic), relève autant du pur divertissement que de la danse, du cirque, du music hall, de la parade, de la comédie musicale et de la BD dont il est un des adeptes les plus fervents. Il n’y manque ni strass, ni plumes, ni paillettes, ni perruques, ni pourpres et ors, ni même…patins à roulettes. Mais ne croyez pas que ce soit du patinage artistique pour autant !

L’effeuillage dans les règles est présent tout au long du spectacle, jusqu’au nu intégral. D’aucuns pourront trouver cela inconvenant ; mais c’est fait avec une telle science, un tel art, un tel à propos que ça n’en est jamais obscène. Tout juste un peu osé, parfois un peu outrancier. Souvent noyé au milieu de scènes d’un comique irrésistible. Car Découflé est né pince sans rire et n’a pas son pareil pour faire passer les tabous comme une lettre à la poste, dans un délire des plus ludiques. Tant et si bien que, souvent, les gags prennent le dessus. Le public est d’ailleurs accueilli par deux hôtesses-douairières bien en chair, sensuelles à souhait, judicieusement prénommées Micheline et Mercedes : des copines comme cochon, auxquelles il arrive moult mésaventures plus désopilantes les unes que les autres tout au long du spectacle et qui ne sont pas sans évoquer Laurel et Hardy ! Or, ce sont elles qui sont censées guider les spectateurs, s’offusquant bien évidemment à la moindre inconvenance, accaparant de ce fait souvent les regards ; mais ce sont aussi elles qui noieront le poisson quand il le faut. Elles ne parviendront cependant jamais à effacer de nos mémoires le sublime duo dansé de l’éphèbe dionysien noir, d’une prestance qui n’a d’égale que sa carrure, et de la petite strip-teaseuse, souple comme une liane mais vive comme l’éclair. D’une beauté et d’un lyrisme à vous couper le souffle. Mais tout à une fin et tout ce petit monde viendra saluer le public… dans la tenue d’Eve ou celle d’Adam… Chassez le naturel, il revient au galop !

 

J.M. Gourreau

 

Cœurs croisés / Philippe Découflé, Vitry, Théâtre Jean Vilar, Février 2010.

Prochaines représentations : - 5 et 6 mars, CNCDC, Châteauvallon

                                           - 27 au 29 avril, Le Volcan, Le Havre

                                           - 4 et 5 juin, Anemasse

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau