Pierre Rigal / Erection / Dialogue avec la lumière

 

                                                         Ph. P. Grosbois                                                    

Pierre Rigal :

Dialogue avec la lumière

 

Pourquoi ne se déplace t'on pas à quatre pattes comme la majorité des animaux ? Créé il y a tout juste dix ans, Erection vous en apporte la réponse en évoquant le passage de l'Homme de l'état allongé à la position verticale. Banal pourriez-vous penser ! Eh bien non, car défier les lois de l'attraction terrestre  n'est pas chose innée et demande tout un apprentissage que Pierre Rigal a souhaité vous narrer par le menu. Souvenez-vous de votre petite enfance: ce n'est qu'à l'âge de 5 à 6 mois que vous avez commencé à galoper à quatre pattes sur le tapis du salon en attrapant tout ce qui était défendu, et que votre intérêt pour les fils et les prises électriques s'est développé... Et auparavant, dans votre berceau, ne faisiez-vous pas des sauts de carpe en prenant appui sur la tête, voire les talons pour vous extirper des couvertures dans lesquelles votre nounou attentionnée vous avait emmitouflé, de peur que vous n'attrapiez froid ? Et ce n'est qu'aux environs d'1 an que vous avez cessé de vous écraser lourdement sur le derrière après avoir fait trois pas debout... C'est précisément cet univers que nous évoque Pierre Rigal d'une façon moins imagée certes mais sans doute plus artistique grâce à son compère, le metteur en scène Aurélien Bory. Contrairement à son habitude, Aurélien n'a pas élaboré de majestueux décors dont il a seul le secret. Il s'est contenté - le mot est sans doute trop faible - de subtils jeux de lumière au sein desquels Pierre Rigal s'est immiscé et avec lesquels il a joué comme un chat avec une souris pour, finalement, les apprivoiser. Une véritable leçon de mécanique humaine d'autant plus fascinante que les images et les sons ont été créés en direct depuis les coulisses du théâtre ! Mais quelle évolution par rapport à la création de l’œuvre lorsque ces images étaient issues d’un vieux projecteur placé dans les cintres ! Aujourd’hui, les lignes sont nettes, les couleurs franches, les bordures précises…

Cette recherche de la verticalité pourrait s’inspirer des célèbres images caricaturales mais scientifiquement inexactes, de l’évolution des hominidés depuis l’apparition des grands singes courbés qui avancent tout en se redressant et en s’humanisant pour aboutir, 6 à 8 millions d’années plus tard, à un Homo sapiens bien redressé… En fait, Pierre Rigal n’est pas tombé dans ce travers, même si, à certains moments, il adopte l’attitude de cet animal. Et si les images qu’il crée sont touchantes, c’est tout simplement parce que notre subconscient nous rappelle que nous les avons vécues, et qu’elles ont été l’objet d’un long apprentissage, souvent difficile mais qui ne nous a pas laissé de séquelles, tout simplement parce que c’était dans l’ordre normal des choses…

J.M. Gourreau

Erection / Pierre Rigal et Aurélien Bory, Théâtre du Rond-Point, Paris, du 9 janvier au 3 février 2014.

 

Pierre Rigal / Erection / Théâtre du Rond-Point / Janvier 2014

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau