Robyn Orlin et Angelin Preljocaj / Le hip hop / Suresnes cités danse

orlin1912da-209.jpg

 preljocaj-a-royaume-uni-01-maisons-alfort-19-10-12.jpg With astonishment / R. Orlin                                                                                                                   Royaume uni / A. Preljocaj Ph. J.M. Gourreau 

Suresnes cités danse:

 

Le hip-hop, Robyn Orlin et Preljocaj

 

 Iconoclaste elle est, iconoclaste elle reste : Robyn Orlin, cette fois, a choisi d’évoquer nos relations et comportements par rapport à ceux de l’un de nos plus fidèles compagnons à quatre pattes, en l’occurrence, du chien.  Au fond, pourquoi pas ? Mais à nouveau, on en prend plein la figure… Comme à son habitude, son sens de la mise en scène est redoutable et prend le pas sur la danse qui, pour la circonstance, est tout de même assez éloignée du hip-hop… Mais passons !

L’œuvre, vous vous en serez douté, un mélange soigneusement concocté de théâtre, de happening  et de danse, ne débute pas sur la scène mais dans la salle, par une course en sac, les danseurs s’étant glissés dans d’immenses sacs en papier kraft évoquant grossièrement la robe de ces animaux, dévalant les escaliers sous de tonitruantes sonneries de trompes de chasse… Débordements assurés, la gente canine venant au passage faire des mamours et se vautrer dans les bras des spectateurs en quémandant quelques caresses, ce tout en poussant quelques grognements de satisfaction… Nombre de comportements, tant animaux qu’humains seront ainsi passés en revue, donnant lieu à des scènes cocasses, tendres ou, au contraire, plus ou moins ridicules, de la part des maîtres bien sûr, mais aussi des chiens, les danseurs-chiens réprouvant d’ailleurs parfois ces attitudes en affirmant leur identité de danseur ! L’humour est grinçant mais laisse transparaître la générosité de la chorégraphe qui, finalement, ne se prend pas au sérieux…

Autre temps, autres mœurs avec Angelin Preljocaj qui, lui aussi cependant, n’a fait qu’effleurer ce langage chorégraphique très éloigné du sien sans pouvoir réellement y pénétrer, sans parvenir à l’adopter, à l’amalgamer. Volonté délibérée sans nul doute de la part d’un chorégraphe pour lequel chaque geste est chargé d’une émotion indicible, ce qu’il a à nouveau prouvé dans ce Royaume uni, interprété par quatre danseuses de hip hop qu’il avait pourtant choisies lui-même mais qu’il a modelées à sa manière en faisant ressortir leur élégance, leur douceur et leur féminité, dans une œuvre géométrique sobre et rythmée, d’une très grande beauté.

J.M. Gourreau

 preljocaj-a-royaume-uni-05-maisons-alfort-19-10-12.jpgpreljocaj-a-royaume-uni-06-maisons-alfort-19-10-12.jpg                                                                                                 

 

 

 Royaume uni / A. Preljocaj Ph. J.M. Gourreau

 

 

 

With astonishment we note the dog…Part 3 / remix... / Robyn Orlin et Royaume uni / Angelin Preljocaj, Théâtre de Suresnes Jean Vilar, Janvier 2011, dans le cadre de la 20ème édition de Suresnes cités danse.

Robyn Orlin et Angelin Preljocaj / Suresnes cités danse / Janvier 2012

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau