Russell Maliphant / Still current / Miniatures

Russell maliphant still current 31 carys staton adam kirkham by warren du preez nick thornton jones6 carys staton adam kirkham by warren du preez nick thornton jones 1

Carys Staton & Adam Kirkham

par Warren Du Preez & Nick Thornton Jones
.
.
Russel Maliphant :

Miniatures

 

Pour les ballétomanes, le nom de Russell Maliphant est indissociablement lié à celui de Sylvie Guillem pour laquelle il a conçu plusieurs pièces parmi lesquelles Broken fall (2003), Triple Bill (2005), Tow (2002), Push (2006) et Eonnagata (2009), les trois dernières ayant été présentées antérieurement dans ce même théâtre. Ce chorégraphe anglais (mais né en 1961 au Canada) acquiert une formation classique au London Royal Ballet qu’il quitte en 1996 pour fonder sa propre compagnie, l’orientant vers des voies plus contemporaines. Coqueluche de la danse contemporaine outre Manche, artiste associé au Sadler’s Wells de Londres, Maliphant possède un style très particulier issu de la recherche des effets de la lumière sur le mouvement, ce avec l’aide et le talent d’un fidèle complice, le concepteur-lumière Michael Hulls avec lequel il collabore depuis 2003. Un style dont les maîtres-mots sont puissance, ambiance et poésie.

Il était donc logique que l’on fasse appel à Maliphant pour cette première édition de « Transcendanses », ce chorégraphe devant aussi être l’interprète de deux de ses œuvres, Traces et Still Current.  Il dut malheureusement y renoncer en dernière minute, mal remis d’une blessure antérieure, d’où la modification du programme initial de ces soirées en présentant  Critical Mass à la place de Traces. Quant à  Still Current, c’est Alexander Varona qui reprit son rôle.

Cinq courtes pièces donc - soli, duos ou trios - au programme de cette soirée qui débutait par Still, un duo pour Dickson Mbi et Carys Staton sur les rythmes envoûtants des percussions d’Armand Amar. Une pièce mettant parfaitement en valeur les incroyables facultés de Dickson Mbi et de sa prodigieuse technique de popping. Afterlight sur les quatre premières Gnossiennes de Satie qui lui faisait suite est une œuvre phare du chorégraphe inspiré par des photos de Nijinski et dans laquelle il s’est illustré par ses dessins circulaires, volutes pleines de poésie et de grâce qui étaient magistralement interprétées par Thomasin Gulgec. Two (Rise and fall) qui date de 1997 est un solo initialement composé pour Dana Fouras, l’épouse de Maliphant mais qui a été repris 10 ans plus tard par Sylvie Guillem. La danseuse est emprisonnée dans une sorte de boîte-piège de lumière dont elle tentera vainement de sortir. Une très belle œuvre, interprétée ici par Andy Cowton. Ce carré de lumière se retrouve à nouveau dans Critical mass, une œuvre très courte de 1998 dans laquelle les deux partenaires,  Dickson Mbi et Thomasin Gülgeç, sont à la recherche de l’énergie émanant de chacun d’eux. Une course de plus en plus rapide, parfois acrobatique, bien caractéristique du style de Maliphant. La soirée se terminait sur Still current, délimité là encore par un carré de lumière au sein duquel évoluent les danseurs. Des images stroboscopées fluides et moelleuses, composées d’enlacements, d’enroulements, de tournoiements et d’étirements plus harmonieux les uns que les autres, chaleureusement enveloppés par les accents musicaux « industriels » de Mukul.

J.M. Gourreau

Still Current / Russel Maliphant, Théâtre des Champs Elysées, 19 et 20 mai 2015, dans le cadre de la première édition de « Transcendanses ».

 

Russell Maliphant / Still current / Théâtre des Champs Elysées / Mai 2015

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau